Monaco : Alfa Romeo à la fête, Mercedes au plus mal ?

Alfa Romeo pourrait être la bonne surprise du Grand Prix de Monaco. En revanche, il ne serait pas surprenant de voir Mercedes en difficulté.

Monaco : Alfa Romeo à la fête, Mercedes au plus mal ?
Charger le lecteur audio

Le Circuit de Monaco est le plus atypique du calendrier de la Formule 1, c'est bien connu. La piste tracée dans les étroites rues de la principauté est de loin la plus lente qui accueille le Championnat du monde – le record du circuit, signé par Lewis Hamilton en 1'10"166 en 2019, n'atteint que 171 km/h de moyenne – et requiert donc des caractéristiques bien différentes de la part des monoplaces qui la parcourent.

Alfa Romeo avait déjà réalisé une performance convaincante en Principauté l'an passé avec la génération de monoplaces précédente, Antonio Giovinazzi s'étant classé dixième et Kimi Räikkönen onzième, et tout porte à croire que cette piste sera encore plus favorable aux bolides italo-suisses avec les F1 2022. "Je pense que la semaine prochaine conviendra relativement bien à notre voiture", a déclaré Valtteri Bottas en Catalogne. "Ce sont principalement des virages lents, dans lesquels notre monoplace est vraiment bonne."

Voilà treize ans que le Grand Prix d'Espagne précède directement Monaco au calendrier (à l'exception de la campagne 2020, perturbée par la pandémie de COVID-19) et que le dernier secteur du Circuit de Barcelona-Catalunya, très lent, représente un indicateur intéressant de ce que pourrait être la hiérarchie sur cette piste urbaine. Et en effet, en qualifications, Alfa Romeo y était particulièrement compétitif par rapport aux autres écuries.

  1. Ferrari 27"336
  2. Red Bull 27"411
  3. Alfa Romeo 27"443
  4. Haas 27"561
  5. Mercedes 27"698
  6. McLaren 27"768
  7. Alpine 27"896
  8. AlphaTauri 27"984
  9. Aston Martin 28"197
  10. Williams 28"586
Valtteri Bottas, Alfa Romeo C42

L'Alfa Romeo était performante dans le troisième partiel à Barcelone, surtout par rapport à la Mercedes

L'Alfa Romeo était même la monoplace la plus rapide dans certaines zones comme l'entrée du virage 12 et la sortie de la chicane. Cependant, du côté de Hinwil, on préfère ne pas s'enflammer face à ces signes prometteurs.

"En matière de performance, je ne m'attends certainement pas à un miracle", estime Xevi Pujolar, directeur de l'ingénierie piste. "Nous sommes compétitifs dans les virages lents, mais les top teams aussi. Ce n'est pas comme si nous étions bien meilleurs qu'eux, nous sommes simplement plus proches. Nous aurons probablement plus d'avance sur le milieu de tableau, un peu plus de marge. Mais je pense que Ferrari, Red Bull et Mercedes, vu leurs performances dans le troisième secteur, sont quand même bons."

Pourtant, bien qu'ayant réalisé sa meilleure prestation de la saison au Grand Prix d'Espagne, Mercedes n'a pas de raisons d'être optimiste, sur une piste où la marque à l'étoile n'a signé qu'une pole position et une victoire lors des quatre dernières éditions.

Comme on le voit ci-dessus, la Flèche d'Argent était nettement plus lente que ses rivales dans le troisième secteur à Barcelone, où elle laissait filer plus de temps que dans les deux premiers partiels réunis – même si les difficultés rencontrées quant à l'exploitation optimale des pneus explique en partie ce manque de performance à la fin du tour.

Ainsi, lorsqu'il est demandé à Toto Wolff si l'optimisme est de rigueur quant à un nouveau bon résultat à Monaco après la prestation catalane, l'Autrichien répond : "Je ne dirais pas ça, car nous n'avions pas le rythme du tout ce week-end dans les virages lents du dernier secteur, en raison de la surchauffe. Cela pourrait être différent à Monaco, mais par le passé, Monaco n'a pas été un havre de bonheur pour nous – peut-être parce que la voiture faisait la taille d'un éléphant."

"Mais je suis curieux de voir où nous nous situerons ce week-end. Nous avons encore quelques difficultés pour mettre [les pneus] en température, alors mes attentes pour Monaco sont plus basses que sur tout autre circuit. Je ne suis pas sûr de pouvoir l'expliquer scientifiquement. Mais nous allons en tirer de nouveaux enseignements, au moins pour revenir dans la bataille."

Lire aussi :

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Cinq victoires cruellement perdues au GP de Monaco
Article précédent

Cinq victoires cruellement perdues au GP de Monaco

Article suivant

Brown : Ricciardo n'est "pas au niveau de nos attentes"

Brown : Ricciardo n'est "pas au niveau de nos attentes"