Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Événement terminé
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
3 jours
31 juil.
-
02 août
EL1 dans
17 jours
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
24 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
31 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
45 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
52 jours
C
GP de Toscane
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
59 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
73 jours

Montezemolo - Alonso avait en tête qu'il ne gagnerait pas chez Ferrari

partages
commentaires
Montezemolo - Alonso avait en tête qu'il ne gagnerait pas chez Ferrari
Par :
7 mars 2016 à 07:51

Aujourd’hui président de la compagnie aérienne Alitalia, Luca di Montezemolo parle avec beaucoup de liberté de la longue période qu’il a passée à la présidence de Ferrari, qu’il a quittée en fin d’année 2014. 

Felipe Massa, Luca di Montezemolo et Fernando Alonso
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren Honda
Fernando Alonso, McLaren avec Bernie Ecclestone, sur la grille
Chris Dyer et Michael Schumacher
Sebastian Vettel, Ferrari

Avant d’être remplacé par Sergio Marchionne, qui allait lancer les grandes manœuvres de restructuration au sein de la Scuderia, Montezemolo avait largement pris sa part dans le recrutement de Sebastian Vettel pour 2015 afin de remplacer Fernando Alonso. Un choix qui tombait sous le sens à ses yeux, notamment pour insuffler une motivation nouvelle dans les rangs de l’équipe italienne. 

Toujours admiratif du talent d’Alonso, parti chez McLaren-Honda, Montezemolo considère néanmoins que l’Espagnol s’était peu à peu construit un état d’esprit néfaste pour l’ambiance collective de Maranello. 

"J’avais le sentiment que Fernando s’était mis dans la tête qu’il ne pourrait jamais gagner avec Ferrari, et que s’il était dans une Mercedes il pourrait gagner en pilotant d'une main, et c’était très démotivant pour tout le monde", confie Montezemolo à Motor Sport Magazine. 

Talent reconnu

L’Italien insiste cependant sur le sens de son propos, précisant que ce ne sont ni le talent ni les compétences du double Champion du monde qu’il mettait en doute. "Permettez-moi d’être clair : je crois qu’Alonso est probablement le meilleur pilote du monde, encore aujourd’hui - certainement le dimanche. Peut-être pas en qualifications, où je pense que Hamilton et Vettel sont peut-être plus rapides sur un tour, mais en course il est incroyable, c’est une machine. Toutefois, nous avions besoin de motivation et cela m’a fait réfléchir sur ce dont nous avions besoin pour l’avenir." 

Le flirt entre Ferrari et Vettel aura duré plusieurs mois, quelques années même, comme l’a lui-même raconté le principal intéressé après son arrivée à Maranello. Montezemolo lui, se souvient qu’un certain Michael Schumacher lui avait soufflé ce nom dès 2009. 

"Je me rappelle que lorsque j’essayais de convaincre Michael [Schumacher] de revenir avec nous après la blessure de Felipe [Massa] en 2009, il disait : "Le gars qu’il vous faut pour l’avenir, c’est Vettel"."

Article suivant
James Moy présente ses plus belles photos des essais de Barcelone

Article précédent

James Moy présente ses plus belles photos des essais de Barcelone

Article suivant

Pirelli va révéler les pneus choisis par les équipes pour l'Australie

Pirelli va révéler les pneus choisis par les équipes pour l'Australie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine