Montezemolo : Marchionne est "jaloux" de la gloire passée de Ferrari

L'ancien président de Ferrari, Luca di Montezemolo, a déclaré qu'il était "triste" que son successeur Sergio Marchionne soit "très jaloux"de la gloire passée de l'équipe de Formule 1 italienne.

Montezemolo : Marchionne est "jaloux" de la gloire passée de Ferrari
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari fête sa victoire dans le Parc Fermé
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, arrive dans le Parc Fermé
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari, boit du champagne sur le podium
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari fête sa victoire sur le podium avec le trophée
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H sur la grille
Race winner Sebastian Vettel, Ferrari SF71H salue la foule à la fin de la course
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Charger le lecteur audio

Les 23 années de Di Montezemolo en tant que président de Ferrari se sont achevées en 2014 après des tensions avec Marchionne, qui était alors et est toujours le patron de l'entreprise-mère de Ferrari, Fiat/Chrysler.

Marchionne a assumé la présidence de Ferrari après la démission de Di Montezemolo, quelques semaines avant la confirmation de l'arrivée de Sebastian Vettel en provenance de Red Bull. Vettel et Marchionne n'ont pour le moment pas mis fin à la disette de Ferrari en matière de titres, les derniers remontant à 2008 chez les constructeurs et à 2007 chez les pilotes, avec Kimi Räikkönen.

S'exprimant la semaine passée lors du lancement de la nouvelle exposition sur Michael Schumacher en Allemagne, Di Montezemolo a déclaré : "Je suis triste de voir que Marchionne est très jaloux du passé. C'est mal parce qu'être jaloux du passé veut dire que vous avez quelque chose d'étrange à l'esprit. Je suis très fier de ce que nous avons fait − Michael, Ross [Brawn], Todt −, tellement heureux de ce que nous avons fait."

"Bien sûr, Ferrari est toujours là, et j'espère qu'ils vont à nouveau pouvoir être en position de gagner, parce que Ferrari doit gagner, et pour la Formule 1, Ferrari est très important. Je suis toujours en contact avec quelques personnes là-bas, mais après 24 années, j'ai été très chanceux de gagner avec Niki [Lauda], avec Michael, avec Kimi ; 19 titres, c'est suffisant."

Vettel conseillé par Schumacher

Di Montezemolo était présent à l'événement qui se tenait à Cologne afin de soutenir la nouvelle exposition, qui compte de nombreuses pièces issues de la collection privée de Schumacher. L'Italien a déclaré que le septuple Champion du monde, toujours en convalescence après s'être blessé à la tête à ski en décembre 2013, avait été le premier à inviter Ferrari à évaluer Vettel.

"Je pense à Michael très souvent, je pense encore à lui à chaque week-end de course. Il était un supporter de Vettel, et quand j'ai engagé Vettel – parce que j'ai été la personne qui, juste quelques semaines avant de partir, a signé l'accord avec Vettel –, Michael était bien sûr heureux. Il m'a dit, quelques années avant cela, que Vettel, à son avis, était un bon pilote pour Ferrari."

La victoire de Vettel lors du dernier Grand Prix du Canada était sa 50e en F1 et la 11e avec Ferrari. Il devance désormais Lewis Hamilton d'un point au championnat pilotes 2018. "Michael a remporté de nombreux championnats avec nous, Seb malheureusement pas. J'espère qu'il va bientôt débuter une nouvelle ère, en gagnant [une série] de championnats comme Michael."

"Obtenir les mêmes résultats que Michael n'est pas facile [même] s'il est jeune et fort, un bon pilote, et cette année il a enfin une voiture compétitive. J'espère que Seb ne va pas avoir trop de pression. Il est solide, la voiture est bonne. Mercedes, jusqu'à maintenant, ne semble pas compétitif. Il y a beaucoup d'opportunités. Peut-être qu'il pourrait s'agir d'une bonne année."

Di Montezemolo s'est également souvenir du projet avorté de faire revenir Schumacher, qui s'était retiré de la F1 en 2006, pour remplacer Felipe Massa en 2009. Ce retour a été empêché par une blessure au cou du Baron Rouge liée à un accident de moto. C'est alors le troisième pilote Ferrari, Luca Badoer, qui avait hérité de cette lourde tâche.

"J'ai appelé Michael dans mon bureau, et j'ai dit : 'Michael, écoute, tu dois faire ça pour moi, pour Ferrari, tu dois revenir'. Pendant une demi-heure, il a été impossible de le convaincre, et après une heure, il a dit : 'OK, je ne peux pas dire non'."

"Il est arrivé au département de course comme un enfant, comme un jeune pilote, plein d'enthousiasme. Il est allé au Mugello pour faire un très bon test avec les anciennes voitures, mais malheureusement, après le test, son docteur a dit qu'il n'était pas [prêt]. Une mauvaise chose pour nous tous."

partages
commentaires
Les designers des F1 2019 vont "oublier les dépassements"
Article précédent

Les designers des F1 2019 vont "oublier les dépassements"

Article suivant

La Brawn GP de 2009 sera dans F1 2018

La Brawn GP de 2009 sera dans F1 2018
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021