GP d'Italie : Di Montezemolo n'a pas aimé...

partages
commentaires
GP d'Italie : Di Montezemolo n'a pas aimé...
Par : Basile Davoine
4 sept. 2018 à 12:53

Entre les sifflets contre Mercedes, et les critiques à l'encontre de la stratégie employée par l'écurie allemande, l'ex-président de Ferrari n'a pas apprécié ce qu'il a vu et entendu dimanche dernier à Monza.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, fête sa victoire sur le podium avec Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09
Les confetti tombent sur le deuxième, Kimi Raikkonen, Ferrari, le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et le troisième, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1, sur le podium
Luca di Montezemolo sur scène
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, devant Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, alors qu'il bloque une roue
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fêtent leur victoire dans le Parc Fermé
Le troisième, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, félicite le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, fête sa victoire dans le Parc Fermé
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H sur la grille
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Ancien président de Ferrari, Luca di Montezemolo a suivi de près le Grand Prix d'Italie le week-end dernier. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Italien n'a pas apprécié ce qu'il a vu. Il n'est pas tant question de la performance de la Scuderia, qui a dominé le début de week-end mais a été terrassée par Lewis Hamilton en course, privant la firme au cheval cabré d'une première victoire à domicile depuis 2010. C'est le comportement des tifosi à l'issue du Grand Prix qui a irrité l'ex-dirigeant, aujourd'hui âgé de 70 ans.

Les sifflets sous un podium F1, qui plus est à Monza, ce n'était pas une première. Mais l'ampleur de ceux-ci à l'encontre des deux pilotes Mercedes qui encadraient Kimi Räikkönen, finalement deuxième, a fortement déplu. Le pilote finlandais les a d'ailleurs lui aussi profondément regrettés.

"Lewis est un champion fantastique, il a toujours été très correct, et il a fait une course fantastique. Un point c'est tout. Ce qui s'est passé est très, très mal, et je suis vraiment contrarié", ne cache pas Luca di Montezemolo dans une interview accordée à la BBC.

Lire aussi :

"Mercedes a fait son boulot"

Sans aucun doute ces sifflets, traduisant avant tout la déception des tifosi alors que la victoire semblait promise à Ferrari, ont été amplifiés par la manière dont s'est jouée la course. Mercedes n'a pas hésité à profiter de la stratégie décalée de Valtteri Bottas pour que ce dernier se mue en poil à gratter et favorise en partie le travail de Hamilton. Sur ce point, Di Montezemolo ne manque pas de rappeler que les fans de Ferrari ont peut-être la mémoire courte.

"Je peux vous dire que nous avons gagné quelques championnats [de cette manière] lorsque j'étais président, avec Kimi et Felipe Massa, avec Rubens Barrichello et Michael Schumacher, avec Michael et Eddie Irvine", fait-il remarquer. "Ça fait partie de l'Histoire. Et Bottas n'a rien fait d'incorrect, n'a pas commis de faute. Il a fait sa course."

"Quand j'ai entendu les critiques de certains… C'est normal. Dans la vie, c'est difficile de gagner, mais c'est encore plus difficile d'accepter quand on ne gagne pas. Alors [dimanche] je n'étais pas content de ce que j'ai vu de la part du public. Mercedes a fait son boulot. Si j'étais à la tête de Ferrari dans les mêmes conditions que Mercedes, je ferais exactement les mêmes choix. Finito !"

Ferrari doit trancher !

Dans un week-end où tous les regards étaient braqués sur elle, la Scuderia a aussi fait l'actualité en coulisses, puisque l'avenir de Kimi Räikkönen n'est toujours pas réglé. La décision se fait attendre, bien que la tendance soit à nouveau à un remplacement du Champion du monde 2007 par Charles Leclerc. Une période de flou qui a trop duré ?

"Lorsque j'étai chez Ferrari, je n'aimais pas que des gens dans les tribunes me disent quoi faire, alors je ne vais pas faire pareil", concède Di Montezemolo. "Mais ce que je peux dire c'est que, à mon avis, à un certain moment de la saison – traditionnellement c'était à Monza –, c'est bien d'annoncer… qui [pilotera l'année prochaine], car c'est ainsi possible d'éviter une attitude psychologique des pilotes."

Prochain article Formule 1
Pirelli explique les circonstances ayant affecté Räikkönen

Article précédent

Pirelli explique les circonstances ayant affecté Räikkönen

Article suivant

La Super Formula veut battre le record de Senna à Okayama

La Super Formula veut battre le record de Senna à Okayama
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Lieu Autodromo Nazionale Monza
Équipes Ferrari Boutique , Mercedes Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités