Montréal, guide de réglage de la R31

Alors que l’équipe se prépare pour la première séance d’essais libres à Montréal, jetons un regard sur la définition de la R31 ce week-end, pour le Grand Prix du Canada

Alors que l’équipe se prépare pour la première séance d’essais libres à Montréal, jetons un regard sur la définition de la R31 ce week-end, pour le Grand Prix du Canada.

Moteur


C’est un circuit assez dur pour le moteur, avec de longues périodes à fond sur l’accélérateur en sortant des virages lents et sur les longs bouts droits. Ce n’est pas un tracé très sévère pour la boîte de vitesses.

Freins


Les exigences sur les freins sont bien plus élevées que sur n’importe quel circuit et beaucoup de roulage, le vendredi, sera consacré à étudier les températures de freins pour pouvoir évaluer et simuler une performance en course.

Suspension


Le profil de la piste demande un compromis, régler la voiture aussi souple que vous l’osez pour passer les vibreurs. Il est important de ne pas la régler trop souple non plus, pour que les changements de direction rapides dans les nombreuses chicanes ne soient pas pénalisants.

Aileron arrière


Une famille différente d’ailerons arrière est lancée pour Montréal, parce que le circuit réclame un appui moyen ou faible. C’est très différent des configurations à fort appui que nous avons rencontrées jusque-là cette année.

Pneus


Ce sera la deuxième course où sont proposés les Pirelli tendres et super tendres. Le revêtement est lisse, même s’il ne l’est pas autant qu’à Monaco. Relativement peu d’énergie passe par les pneus, alors que la température ambiante peut varier de 15 à 35°C, ce qui affecte les performances.

Aileron avant


Comme pour l’aileron arrière, l’appui sera moins élevé que ce que nous avons vu jusque-là.

[Communiqué de Lotus Renault GP]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités