Monza implore le gouvernement italien de l'aider

Monza a besoin de l'aide du gouvernement italien si le circuit le plus rapide de la saison de Formule 1 souhaite rester au calendrier.

Les discussions continuent entre le tracé de Monza et Bernie Ecclestone, mais le grand argentier de la Formule 1 ne s'attend pas à signer un nouveau contrat avec la piste italienne, qui "ne souhaite pas payer".

Andrea Dell'Orto, Président de SIAS, le compagnie qui gère le circuit de Monza, a indiqué que les discussions suivent un chemin normal, et qu'il n'y a pas encore lieu de paniquer. Mais il a également signalé que le gouvernement italien devra soutenir l'épreuve si elle veut rester au calendrier.

"La réunion [de vendredi] était sympathique et positive", a-t-il déclaré. "Nous sommes partis d'une situation difficile et nous faisons des efforts à un moment crucial pour arriver avec une proposition crédible. Bernie Ecclestone apprécie nos efforts."

Dell'Orto poursuit : "Ce n'était évidemment pas la dernière réunion et il sait que pour couvrir l'écart entre ses demandes et notre réalité, nous avons besoin de soutiens extérieurs. Je parle ici principalement de la région de Lombardie, qui fait son travail depuis des mois, mais qui n'est pas suffisant. Nous avons besoin de l'aide du gouvernement fédéral ou d'autres sources."

Le Premier Ministre italien, Matteo Renzi, sera présent ce dimanche au Grand Prix d'Italie.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Circuit Autodromo Nazionale Monza
Type d'article Actualités
Tags aide, circuit, gouvernement, monza