Mosley remercie Hamilton pour ce qu'il apporte à la F1

Max Mosley, président de la FIA, a remercié publiquement Lewis Hamilton pour tout ce qu'il apportait à la Formule 1, notamment en ce qui concerne l'image de ce sport

Max Mosley, président de la FIA, a remercié publiquement Lewis Hamilton pour tout ce qu'il apportait à la Formule 1, notamment en ce qui concerne l'image de ce sport.

Selon lui, le pilote britannique a permis de renouveler le public qui suit régulièrement la F1 et a démontré que ce sport n'était pas réservé à une certaine élite.

"Vous remarquerez qu'il y a un tout nouveau public qui s'intéresse à la Formule 1, aussi bien au Royaume-Uni qu'à l'étranger, dans toutes sortes de pays. Parce que, grâce à Lewis, ce n'est plus vu comme un sport élitiste blanc."

"Il y a cette image, inévitablement, car c'est très onéreux pour y entrer. Il a changé tout cela. Il vient d'un milieu assez ordinaire, il est noir et est couronné de succès."

"Pour nous, s'il réussit ce sera excellent, vraiment, vraiment bon pour la Formule 1. Mais ça ne signifie que nous allons l'aider, et ça ne veut certainement pas dire que nous allons lui battre des bâtons dans les roues."

Cette déclaration vient après la vive polémique du Grand Prix de Belgique, où Hamilton avait perdu le bénéfice de sa victoire après avoir reçu une pénalité à l'issue de la course. Cette affaire avait donc ravivé les critiques selon lesquelles la FIA est de mèche avec Ferrari.

"C'est du déjà vu. Ce qui se passe, c'est que les bloggers relèvent ce genre de choses si ça désavantage McLaren ou Renault. Ils ne les relèvent pas pour Ferrari."

"Cette année, à Monaco, les mécaniciens de Räikkönen sont restés quelques secondes de trop sur la grille pour changer ses pneumatiques et il a reçu un drive-through. Un drive-through à Monaco, ce n'est pas rien normalement, et personne n'a relevé."

"Maintenant, si nous avions fait ça avec Lewis Hamilton, par exemple, il y aurait eu un véritable scandale en Grande-Bretagne. Pas en Italie, mais en Grande-Bretagne. Cette fois, ça a fait parler en Italie, mais pas en Grande-Bretagne."

"C'est le problème de l'arbitre, vous n'avez jamais raison. C'est une question de savoir jusqu'où vous ennuyez le monde, mais il faut vivre avec," conclut Mosley.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités