Le moteur Renault à 0"3 du Mercedes ? Sainz a failli en rire !

La Fédération internationale de l'automobile a établi que les trois moteurs de pointe en Formule 1, le Mercedes, le Ferrari et le Renault, se tenaient en trois dixièmes au tour sur un circuit type comme Barcelone. Carlos Sainz rit jaune.

C'est en effet ce résultat que la FIA a annoncé au Groupe Stratégique après avoir mené des simulations, les motoristes et la fédération s'étant mis d'accord l'an dernier pour faire converger le niveau de performance de leurs moteurs respectifs vers cette fourchette de trois dixièmes.

Cependant, Carlos Sainz n'est clairement pas convaincu que l'unité de puissance Renault dont il dispose actuellement lui fasse perdre moins de trois dixièmes sur le moteur Mercedes.

"J'ai lu dans la presse que selon la FIA, les trois meilleurs moteurs se tiennent en trois dixièmes. J'ai failli poster un commentaire sur Twitter pour m'en moquer !" s'exclame l'Ibère. "Et [Sergio] Pérez qui dit que c'est vrai. J'ai failli éclater de rire. Je pense que Max [Verstappen] aussi."

"Nous avons progressé, Renault a progressé ; sinon, [Nico] Hülkenberg ne serait pas là où il est. Mais nous ne sommes certainement pas à moins d'une demi-seconde de Mercedes, surtout en qualifications. En course, ce n'est pas si mal, mais en qualifications, le moteur Mercedes a une demi-seconde d'avance ou plus."

Un dixième manquant

Classé 11e des qualifications à Sotchi, Carlos Sainz occupera la 14e place sur la grille de départ du Grand Prix de Russie suite à la pénalité dont il a écopé pour son accrochage avec Lance Stroll à Bahreïn. L'Espagnol devance son coéquipier Daniil Kvyat de deux centièmes, mais la Q3 lui a échappé de plus de deux dixièmes.

"Pour résumer le week-end, ce vendredi a été très étrange, la voiture ne fonctionnait vraiment pas dans la bonne fenêtre", explique Sainz. "En qualifications, la voiture est redevenue ce qu'elle était lors des premières courses, donc au moins, c'était une voiture que je connaissais et avec laquelle je me sentais à l'aise. Nous nous attendions à ce que ce soit très serré pour la Q3, ou très, très difficile. Je ne pense pas que nous ayons tiré le dernier dixième de la voiture."

Le mystère Renault

Lors des trois derniers Grands Prix, Nico Hülkenberg est toutefois parvenu à devancer les deux Toro Rosso en qualifications, même si les courses s'avèrent plus difficiles pour Renault. Le niveau de performance de la R.S.17 laisse Sainz perplexe.

"Je ne sais pas. Ils doivent avoir quelque chose avec les pneus, avec le châssis, qu'ils peuvent utiliser sur un tour de qualification mais qui ne les aide probablement pas sur les longs relais, parce que sur les longs relais, ils n'ont rien de spécial", estime le pilote Toro Rosso. "Je ne sais pas, il faut enquêter là-dessus."

"Nous savons que notre voiture a une grande marge d'amélioration en matière d'appui et d'évolutions à venir cette année. Espérons que nous allons commencer à réduire l'écart à partir de Barcelone, parce que ça commence à être dur. La Williams est de loin la voiture la plus rapide du milieu de tableau ; Force India va être beaucoup plus rapide avec l'évolution de Bahreïn sur un circuit qui devrait lui convenir ; Hülkenberg est facilement plus rapide que nous en qualifications, donc ce n'est pas facile. On sait qu'il y a une Williams et une Renault qui se qualifient forcément devant nous, et Force India travaille dur."

"Nous devons rester alertes et continuer à progresser, car les voitures de cette année ont une grande marge d'amélioration. McLaren peut facilement trouver une seconde avec son moteur. J'ai hâte de voir ce que peut faire Toro Rosso pour les courses à venir", conclut Sainz.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Sous-évènement Qualifications
Circuit Sochi Autodrom
Pilotes Carlos Sainz Jr.
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités
Tags sotchi