Le moteur Renault à 0"3 du Mercedes ? Sainz a failli en rire !

La Fédération internationale de l'automobile a établi que les trois moteurs de pointe en Formule 1, le Mercedes, le Ferrari et le Renault, se tenaient en trois dixièmes au tour sur un circuit type comme Barcelone. Carlos Sainz rit jaune.

Le moteur Renault à 0"3 du Mercedes ? Sainz a failli en rire !
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12, devant Sergio Perez, Force India VJM10 et Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Sergio Perez, Force India VJM10, devant Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Fernando Alonso, McLaren MCL32, devant Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17, et Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12, s'accroche avec Lance Stroll, Williams FW40

C'est en effet ce résultat que la FIA a annoncé au Groupe Stratégique après avoir mené des simulations, les motoristes et la fédération s'étant mis d'accord l'an dernier pour faire converger le niveau de performance de leurs moteurs respectifs vers cette fourchette de trois dixièmes.

Cependant, Carlos Sainz n'est clairement pas convaincu que l'unité de puissance Renault dont il dispose actuellement lui fasse perdre moins de trois dixièmes sur le moteur Mercedes.

"J'ai lu dans la presse que selon la FIA, les trois meilleurs moteurs se tiennent en trois dixièmes. J'ai failli poster un commentaire sur Twitter pour m'en moquer !" s'exclame l'Ibère. "Et [Sergio] Pérez qui dit que c'est vrai. J'ai failli éclater de rire. Je pense que Max [Verstappen] aussi."

"Nous avons progressé, Renault a progressé ; sinon, [Nico] Hülkenberg ne serait pas là où il est. Mais nous ne sommes certainement pas à moins d'une demi-seconde de Mercedes, surtout en qualifications. En course, ce n'est pas si mal, mais en qualifications, le moteur Mercedes a une demi-seconde d'avance ou plus."

Un dixième manquant

Classé 11e des qualifications à Sotchi, Carlos Sainz occupera la 14e place sur la grille de départ du Grand Prix de Russie suite à la pénalité dont il a écopé pour son accrochage avec Lance Stroll à Bahreïn. L'Espagnol devance son coéquipier Daniil Kvyat de deux centièmes, mais la Q3 lui a échappé de plus de deux dixièmes.

"Pour résumer le week-end, ce vendredi a été très étrange, la voiture ne fonctionnait vraiment pas dans la bonne fenêtre", explique Sainz. "En qualifications, la voiture est redevenue ce qu'elle était lors des premières courses, donc au moins, c'était une voiture que je connaissais et avec laquelle je me sentais à l'aise. Nous nous attendions à ce que ce soit très serré pour la Q3, ou très, très difficile. Je ne pense pas que nous ayons tiré le dernier dixième de la voiture."

Le mystère Renault

Lors des trois derniers Grands Prix, Nico Hülkenberg est toutefois parvenu à devancer les deux Toro Rosso en qualifications, même si les courses s'avèrent plus difficiles pour Renault. Le niveau de performance de la R.S.17 laisse Sainz perplexe.

"Je ne sais pas. Ils doivent avoir quelque chose avec les pneus, avec le châssis, qu'ils peuvent utiliser sur un tour de qualification mais qui ne les aide probablement pas sur les longs relais, parce que sur les longs relais, ils n'ont rien de spécial", estime le pilote Toro Rosso. "Je ne sais pas, il faut enquêter là-dessus."

"Nous savons que notre voiture a une grande marge d'amélioration en matière d'appui et d'évolutions à venir cette année. Espérons que nous allons commencer à réduire l'écart à partir de Barcelone, parce que ça commence à être dur. La Williams est de loin la voiture la plus rapide du milieu de tableau ; Force India va être beaucoup plus rapide avec l'évolution de Bahreïn sur un circuit qui devrait lui convenir ; Hülkenberg est facilement plus rapide que nous en qualifications, donc ce n'est pas facile. On sait qu'il y a une Williams et une Renault qui se qualifient forcément devant nous, et Force India travaille dur."

"Nous devons rester alertes et continuer à progresser, car les voitures de cette année ont une grande marge d'amélioration. McLaren peut facilement trouver une seconde avec son moteur. J'ai hâte de voir ce que peut faire Toro Rosso pour les courses à venir", conclut Sainz.

partages
commentaires
Qualifications : le point sur les duels entre équipiers
Article précédent

Qualifications : le point sur les duels entre équipiers

Article suivant

Officiel - Honda va motoriser Sauber à partir de 2018

Officiel - Honda va motoriser Sauber à partir de 2018
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021