Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
Course dans
11 Heures
:
14 Minutes
:
15 Secondes
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
EL1 dans
5 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
12 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
EL1 dans
33 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
40 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
54 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
61 jours

V6 turbo hybrides : la F1 "s'est tiré une balle dans le pied"

partages
commentaires
V6 turbo hybrides : la F1 "s'est tiré une balle dans le pied"
Par :
18 janv. 2020 à 08:00

Pour David Richards, président de Motorsport UK, la fédération britannique de sports automobiles, la Formule 1 s'est "tiré une balle dans le pied" en n'assurant pas une promotion correcte de la technologie moteur "sensationnelle" mise en place à partir de 2014.

Même si la force de l'habitude et la clarté du fait que la technologie turbo hybride était là pour durer en Formule 1 ont fini par rendre les critiques sur les unités de puissance actuelles moins intenses, elle ne jouit tout de même pas depuis son entrée en vigueur en 2014 d'une popularité florissante. Plusieurs problématiques, ne découlant pas toutes (uniquement ou principalement) du moteur, se sont entremêlées, allant du bruit réduit à la trop grande fiabilité en passant par la complexité, le coût et la nécessaire gestion dont doivent user les écuries et les pilotes pour répondre à une réglementation incitant à n'user qu'une poignée de moteurs par saison.

Lire aussi :

Et dans cet enchevêtrement de reproches, la F1 et la plupart de ses acteurs majeurs n'ont pas su capitaliser sur les réussites de cette motorisation, notamment auprès d'une opinion publique désormais grandement sensibilisée aux questions d'écologie et de développement durable. S'exprimant dans le cadre du salon Autosport International, au sujet de l'apathie du gouvernement britannique vis-à-vis du sport automobile, David Richards, président de Motorsport UK, a insisté sur l'importance de la promotion des changements positifs et estime que la discipline reine s'est "tirée une balle dans le pied" en ne mettant pas en avant l'efficacité énergétique impressionnante, de 50% et plus pour une quantité d'essence réduite, atteinte par les V6 turbo hybrides.

"Il s'agissait juste de joyaux d'excellence en ingénierie, absolument sensationnels", a déclaré Richards sur les moteurs actuels de la F1. "Mais qu'a fait Bernie Ecclestone ? Il a dit 'je n'aime pas leur bruit, ils ne sont pas bien', et ils les ont rabaissé. Ils n'ont pas attiré l'attention en disant : 'Regardez ce que nous avons créé, regardez la superbe technologie que nous avons'. En fait, il y a eu une lutte interne, ils lui ont juste directement coupé l'herbe sous le pied. C'était tellement stupide, [c'était] vraiment se tirer une balle dans le pied."

L'électrique n'est pas la seule voie

Après avoir fait quelques incursions en F1 dans les années 1990-2000 chez Benetton et BAR, puis avoir tenté en vain d'y faire venir Prodrive, connu pour avoir géré les engagements de Subaru en WRC et d'Aston Martin en Endurance, en discipline reine, Richards a pris la tête de Motorsport UK avec comme objectif d'améliorer la promotion de l'échelon national. Il a exigé l'octroi de licences à tous les concurrents dans les événements de base pour donner à l'industrie une plus grande plate-forme de lobbying dans les cercles gouvernementaux.

Pour lui, les sports mécaniques ont tendance à se restreindre à la fois en cherchant à s'excuser d'être ce qu'ils sont et en insistant plus sur le spectacle que l'innovation technologique. "Il est très facile, aujourd'hui, de penser que nous devons nous excuser de tourner en rond, de brûler de la gomme et des carburants fossiles, alors qu'il y a beaucoup d'autres aspects positifs."

Lire aussi :

"Nous allons lancer le karting électrique en Grande-Bretagne, nous cherchons aussi des carburants différents et durables dans les catégories sportives du pays et nous allons nous pencher sur toute une série d'initiatives. Les sports mécaniques ont ouvert la voie pour tellement de technologies pendant de très nombreuses années, mais je pense que nous sommes tombés dans le piège de 'nous sommes véritablement un spectacle, il n'est plus question de technologie'. Nous devons reprendre l'initiative. Nous devons ouvrir la voie et montrer de quoi nous sommes capables."

Richards salue d'ailleurs le fait que le Championnat du monde d'Endurance a commencé à explorer le chemin menant vers l'hydrogène, avec l'objectif de créer une catégorie 100% hydrogène pour les 24 Heures du Mans 2024. "Les politiciens tendent vers un message simpliste et disent juste 'l'électrique est la solution, les voitures électriques, engageons-nous sur cette voie', mais c'est complètement idiot. Nous avons tellement d'autres technologies à explorer, et sur le long terme je suspecte que nous en viendrons à une toute nouvelle technologie qui ne sera probablement pas l'hydrogène."

Avec Jack Cozens 

Article suivant
Pirelli s'attend à des courses plus prévisibles en 2020

Article précédent

Pirelli s'attend à des courses plus prévisibles en 2020

Article suivant

Ferrari fait des "sacrifices" pour aider les petites écuries

Ferrari fait des "sacrifices" pour aider les petites écuries
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , 24 Heures du Mans , WEC
Auteur Fabien Gaillard