Moteurs : Un travail d’intégration incessant (3/3)

Pensez donc à une monoplace prête à prendre le départ d’un GP, réservoir plein, et pneus prêts à souffrir de charges latérales et longitudinales d’autant plus proportionnellement importantes que sera la quantité de carburant embarquée

Pensez donc à une monoplace prête à prendre le départ d’un GP, réservoir plein, et pneus prêts à souffrir de charges latérales et longitudinales d’autant plus proportionnellement importantes que sera la quantité de carburant embarquée.

Là où il y a quelques années, le départ de la course était pris avec le carburant nécessaire à l’accomplissement du premier relais seulement, les pilotes s’élancent désormais avec la masse nécessaire pour finaliser l’ensemble du Grand Prix. Comment ne pas se frotter les mains, dès lors, à l’idée de voir un peu de puissance perdue en faveur d’une consommation légèrement moins importante au tour, afin non pas de tourner plus longtemps en piste, mais d’embarquer moins de carburant au départ ?

Les motoristes ne s’arrêtent pas là. Les échappements sont devenus de grands facteurs aérodynamiques, les flux d’air émanant du moteur pouvant permettre à la monoplace de trouver un équilibre, voire de l’appui, en se diffusant d’une certaine façon. C’est pour cette raison que les diffuseurs dits soufflés furent l’une des solutions techniques les plus recherchées l’an dernier. Et que leur comportement cherche à être reproduit cette année de façon légale, dans le cadre des restrictions implémentées par la FIA. Pour Renault, l’affaire est belle, puisque le "manque" de puissance n’est plus un si grand problème en l’absence des diffuseurs soufflés.

Un nouveau défi technique pour les ingénieurs, donc, qui doivent travailler main dans la main avec le motoriste au-delà de la simple intégration moteur-châssis. Renault, plus que les autres, semble avoir extrêmement poussé cet aspect durant l’hiver, afin de compenser les importantes pertes liées aux nouvelles règlementations, dont la Red Bull savait mieux profiter que n’importe quelle autre machine.

Prochaine étape, l’intégration totale du KERS au sein même de l’élément moteur, pour faire du système de génération et de récupération un seul ensemble travaillant simultanément, avec plus de compacité et une intégration encore meilleure…

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités