Hülkenberg : "J'ai été très prudent" au premier tour

Nico Hülkenberg a impressionné au Grand Prix de l'Eifel, remontant de la 20e position de la grille à la huitième place à l'arrivée sans avoir participé aux essais libres. L'intérimaire de luxe de Racing Point a raconté sa course à son ancien concurrent Karun Chandhok à l'antenne de Sky Sports F1.

Hülkenberg : "J'ai été très prudent" au premier tour
Charger le lecteur audio

Nico, au départ, dès l'extinction des feux, tu as modifié quelque chose sur ton volant. C'est normal ?

Non, ce n'est pas normal. J'avais le mauvais mode moteur. Normalement, après avoir patiné pour mettre les pneus en température, on passe en position de course, mais c'est deux crans plus loin et je n'ai changé que d'un cran. J'étais dans un mode où il y a peu de puissance, je l'ai remarqué et j'ai vite changé ça. Cela ne m'a rien coûté, ce n'était simplement pas un super départ, pas un super envol.

Lire aussi :

Tu as survécu au premier virage. Peux-tu nous en parler ?

C'était très chargé, il y en avait qui bloquaient leurs roues. Nous avions dit avant la course qu'il fallait que je me tienne bien à l'écart des problèmes. On ne veut évidemment pas abandonner au premier tour, avant même que cela ait vraiment commencé. Nous savions avoir une bonne voiture de course, et j'ai été très prudent.

Tu étais roue dans roue avec Nicholas Latifi au premier tour.

Nous avons été côte à côte pendant un certain temps, et en arrivant au virage 13, j'ai fini par freiner plus tard que lui à l'extérieur. Il n'a pas résisté outre mesure.

Ensuite, Kimi Räikkönen a fait une petite erreur au dernier virage, cela t'a donné une opportunité.

Le truc, c'est que nous nous sommes croisés à la corde, donc j'avais de l'air propre en entrée et en sortie.

Tu étais hors de la piste pour ce dépassement !

Ils ne peuvent rien me reprocher quant aux limites de la piste, je n'ai même pas participé au briefing des pilotes, donc je n'en savais rien. (sourire)

Nico Hulkenberg, Racing Point

Tu as ensuite dépassé Sebastian Vettel. Le savais-tu ? Tu as fini autant de courses que lui dans le top 8 cette année !

Wow ! Il avait des pneus durs chaussés depuis un bon moment, ce n'est pas vraiment équitable. Ça n'a rien à voir, cela fait une énorme différence d'avoir des pneus peu usés, et ce n'est pas agréable quand ce n'est pas le cas.

Les pneus étaient froids pour le restart, mais tu étais au moins en pneus tendres ; ça aide, non ?

Quand la voiture de sécurité est intervenue, je me suis dit : "Mon dieu, j'ai déjà assez à faire comme ça", je n'étais pas content, mais nous avons pu récupérer notre tour de retard donc nous avons fait deux ou trois tours à fond ! Quand nous avons rattrapé la voiture de sécurité, il y a eu le restart, et on voyait que Charles [Leclerc] était en difficulté car il avait des vieux mediums. Il a manqué d'adhérence pendant les deux premiers tours. [Leclerc et Grosjean] ne sont pas rentrés au stand [pendant la neutralisation] et ont eu des difficultés dans les deux premiers tours.

Très clairement, tu avais de l'adhérence.

Tout à fait, j'avais un train de tendres neufs, donc j'étais en bonne forme. J'ai laissé beaucoup de place, j'espérais juste qu'il n'allait pas bloquer une roue et me percuter.

Quel est le plan, désormais ? Vas-tu laisser ton équipement dans le camion en permanence ?

Regarde, il y a mon nom, tout est là de toute façon. Je ne sais pas ce qui va se passer à partir de maintenant, j'imagine qu'il faut juste être prêt, d'une certaine manière. Ce sera bien d'avoir du temps pour me préparer et de participer au week-end plus tôt.

Pourquoi pas venir sur les Grands Prix en tant que pilote de réserve, au cas où ?

Je ne sais pas, si ce n'est pas vraiment pour courir… peut-être, peut-être pas. Peut-être qu'il faut y réfléchir un peu plus, on verra.

partages
commentaires

Voir aussi :

Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA
Article précédent

Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA

Article suivant

Moteur Renault : Norris a eu le même problème que Sainz à Spa

Moteur Renault : Norris a eu le même problème que Sainz à Spa
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021