Norris : finish de folie et troisième place au championnat !

Lando Norris s'est à nouveau illustré dans les derniers tours de course au GP de Styrie, décrochant la cinquième place à l'arrivée.

Norris : finish de folie et troisième place au championnat !

On dit que la chance sourit aux audacieux, Lando Norris ne contredira pas l'adage. À l'instar de la semaine passé, où il avait décroché son premier podium en F1, le Britannique s'est à nouveau offert des derniers tours de folie sur le Red Bull Ring, lors du Grand Prix de Styrie. Cette fois-ci, c'est la cinquième place qu'il est allé arracher. Les gros points qui l'accompagnent lui permettent de quitter l'Autriche en troisième position au championnat : un classement certes encore anecdotique, mais qui démontre la réussite connue sur ces deux premiers Grands Prix. 

Lire aussi :

Neuvième sur la grille, le pilote McLaren n'avait pas réalisé un début de week-end idéal, écopant d'une pénalité pour avoir doublé sous drapeau jaune en essais libres et souffrant de douleurs au dos et aux côtes. En course, les perspectives ont d'abord paru limitées. 

"Je n'ai pas aimé le premier relais car on était dans la chaîne du DRS et je ne pouvais rien faire, mais je suis allé plus loin que ce que nous pensions avec les pneus tendres et ça a joué en notre faveur", explique-t-il au micro de Sky Sports. "En mediums j'avais un bien meilleur rythme que les autres autour de moi et je crois que ça montre à quel point la différence peut être importante quand on est dans l'air sale ou dans l'air propre."

"J'avais la stratégie parfaite et un bon rythme face à Carlos, il y eu une belle stratégie entre nous aussi donc il m'a aidé et je dois le remercier, car sans ça, nous n'aurions pas fini là. Ce sont deux premiers week-ends géniaux. Nous avons tiré le meilleur des erreurs des autres."

Sainz a en effet ouvert la porte à son coéquipier en fin de course pour lui donner une chance d'aller chercher une meilleure position. Tout s'est finalement joué dans le dernier tour, quand Norris a profité du contact devant lui entre Daniel Ricciardo et Lance Stroll, conjugué à celui un peu plus tôt entre Sergio Pérez et Alexander Albon. 

"Ils [Stroll et Ricciardo] se battaient et j'espérais derrière", raconte-t-il. "J'ai dû beaucoup freiner et j'avais plus d'aspiration de la part de Stroll. J'étais un peu nerveux de ce qui allait se produire, j'ai levé un peu le pied car je n'avais pas trop confiance. Après j'ai attendu la moitié du tour et j'ai tiré le meilleur de l'aspiration et du DRS. Nous avons eu un peu de chance avec Pérez dans le dernier virage. Je dirais que ça conclut l'une des meilleures courses de ma carrière en F1 jusqu'à présent."

Cette fin de course très animée et sous tension aura au moins permis à Norris d'oublier la douleur qui commençait à refaire surface dans le baquet : "Je commençais à la ressentir dans les derniers tours, mais l'adrénaline a pris le dessus. Je me sens bien, confiant, il y a quelques jours pour se reposer et préparer le week-end prochain."

partages
commentaires
Binotto : "C'est le moment d'être unis" chez Ferrari
Article précédent

Binotto : "C'est le moment d'être unis" chez Ferrari

Article suivant

Pas de sanction dans l'incident Stroll/Ricciardo au GP de Styrie

Pas de sanction dans l'incident Stroll/Ricciardo au GP de Styrie
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021