Norris juge "stupide" de pouvoir changer de pneus sous drapeau rouge

Lando Norris a vivement critiqué la règle permettant aux pilotes de changer de pneus lors d'un drapeau rouge.

Norris juge "stupide" de pouvoir changer de pneus sous drapeau rouge

Lando Norris occupait en début de course la troisième place après un excellent départ, derrière Lewis Hamilton et Carlos Sainz. Après le second départ, consécutif au drapeau rouge causé par l'accident de Charles Leclerc, Norris s'est retrouvé derrière Pierre Gasly, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi qui avaient déjà changé de pneus, mais également Lance Stroll qui n'était lui pas passé par les stands.

Stroll a pu profiter du drapeau rouge pour changer de pneus, comme le règlement le permet expressément, alors que Gasly a pu échanger ses durs contre des mediums. Le Canadien est resté jusqu'à la fin de l'épreuve devant le pilote McLaren, l'empêchant de monter sur le podium qui semblait se dessiner.

Lire aussi :

"La seule raison pour laquelle je n'ai pas été sur le podium, je pense, c'est parce que Stroll a eu droit à un arrêt au stand gratuit, ce qui est une règle un peu stupide car ils l'ont eu gratuitement, et ils ne le méritaient pas à bien des égards", a lancé Norris pour Sky Sports. "Je pense qu'elle devrait être retirée. Je pense que nous avons eu les deux exemples : Gasly qui s'est arrêté avant et était devant avec le drapeau rouge. Et il était là, donc c'était juste, on ne peut rien faire contre ça."

"Mais pour quelqu'un qui ne s'est juste pas arrêté, ils ont juste gagné 24 secondes en ne faisant rien. Il aurait dû avoir à s'arrêter, c'est de sa faute s'ils ne s'étaient pas encore arrêtés. Vous pouvez avoir de la chance en faisant ce que Pierre a fait, mais je pense que c'est juste fair-play. Mais le fait de ne pas avoir à s'arrêter et de faire cet arrêt au stand obligatoire, qu'ils n'ont pas vraiment fait, c'est une chose qui n'est pas juste, je crois."

"Aucune raison de se plaindre" pour Seidl

Du côté de la direction de McLaren, le discours n'est pas tout à fait le même. Andreas Seidl accepte cette règle, d'autant plus qu'elle était parfaitement connue. "Je ne vois aucun problème avec le règlement", a-t-il déclaré en réponse à Motorsport.com. "Nous travaillons tous ensemble, au niveau des écuries et avec la FIA pour arriver au point où il est actuellement."

"Je comprends les émotions de Lando sur le moment, mais il y aura également des moments où il jouera en notre faveur. Donc les règles sont ce qu'elles sont, nous les connaissons tous, nous étions tous là pour voter cette réglementation, donc il n'y a aucune raison de se plaindre. On baisse la tête et on fait avec."

Lire aussi :

Lorsqu'on lui a demandé s'il voulait discuter de cette règle avec Norris, il a ajouté : "Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de choses à dire ou à expliquer. C'est l'émotion pendant une course qui est aussi très agréable à voir."

"Je veux dire, ces gars sont les héros du sport, ils donnent tout ce qu'ils ont quand ils sont dans ces voitures, ils se battent pour chaque dixième, et si ensuite quelque chose vous touche, chose que vous pensez être la chose la plus injuste dans ce sport à ce moment-là, vous avez évidemment une réaction émotionnelle. Mais je suis sûr qu'il va de nouveau bien maintenant."

Un changement à l'avenir ?

Interrogé sur le sujet, le directeur de course Michael Masi s'est dit ouvert à un réexamen de la règle si le besoin d'en faisait ressentir. "De ma compréhension, les règles sur la suspension de course sont ainsi depuis assez longtemps."

"Heureusement, ce n'est pas quelque chose qui arrive si souvent, et s'il y a des éléments dans la réglementation qui doivent être revus, nous le ferons au sein d'un Groupe de Travail Sportif avec tous les directeurs sportifs des écuries, et si quelque chose est nécessaire, nous passerons par le processus exigé pour y procéder. Rien ne va changer pour le reste de 2020, mais nous aurons une discussion sur quoi faire pour l'avenir, on en tirera des leçons, et on verra ce qui pourra être amélioré."

partages
commentaires

Voir aussi :

La victoire de Gasly suivie par 1,2 million de personnes sur Canal+

Article précédent

La victoire de Gasly suivie par 1,2 million de personnes sur Canal+

Article suivant

La pénalité de Lewis Hamilton à Monza expliquée

La pénalité de Lewis Hamilton à Monza expliquée
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021