Nouveaux ennuis de débitmètre Red Bull en Chine; Total dans le viseur

Alors que la FIA, dans son rapport de vendredi dernier, affirmait avoir relevé et analysé les problèmes que peuvent subir les débitmètres et en particulier les pannes récurrentes chez Red Bull, Sebastian Vettel a été une nouvelle fois victime d'une...

Alors que la FIA, dans son rapport de vendredi dernier, affirmait avoir relevé et analysé les problèmes que peuvent subir les débitmètres et en particulier les pannes récurrentes chez Red Bull, Sebastian Vettel a été une nouvelle fois victime d'une panne de cet appareil lors des Essais Libres 1, à Shanghai.

Néanmoins, ces problèmes subis chez Red Bull constituent une suite logique au rapport émis par Fabrice Lom, représentant de Renault F1. En effet, depuis une quinzaine de jours, la FIA a déjà identifié trois problèmes de débitmètre chez le team champion du monde, soit par l'inspection technique de ceux-ci (via le constructeur Gill Sensors) ou par le laboratoire tiers qui calibre ces débitmètres pour le compte de la FIA.

Les 3 défauts constatés :

- Embouts de connexion de flexibles de carburant remplacés par l'écurie Autichienne.
- Montages annexes sur le débitmètre par le motoriste
- Sérieux doutes sur le carburant Total, qui pourrait altérer les joints internes de l'appareil de mesure en raison de leur composition.

On sait qu'à partir du GP de Barcelone, les débitmètres devront être montés dans le réservoir d'une façon intègre, c'est-à-dire, comme livrés par la société Gill Sensors, embouts de connexion inclus.

Les montages annexes ont été abandonné par le motoriste Renault Sport F1, qui avait sur au moins un des débitmètres percé et taraudé un emplacement pour un troisième orifice de mesure : suite à ce problème relevé par la FIA, ce montage a donc été banni. Il est important de se souvenir que la clarification apportée par la FIA est intervenue en raison directe du constat de modifications réalisées par Red Bull, qui exploitait une faille du règlement à ce sujet.

« Les embouts de connexions utilisés par le motoriste français et l'écurie Red Bull semblent aussi avoir pu corrompre les données émises par le lecteur de flux de carburant », explique Bill Suserg, consultant technique ToileF1. « Fabrice Lom (Délégué Technique de la FIA pour les unités de puissance) indiquait que les connecteurs utilisés étaient trop long sur leur filetage, et pénétraient trop profondément dans le tube ou la mesure ultrasonique est effectuée. Ceci a pour effet de perturber l'onde à ultrason chargée de traverser le flux de carburant d'amont en aval afin d'être lue et transformée en mesure ».

Reste le problème identifié par le Laboratoire (Calibra) chargé des calibrages de tous les débitmètres vendus par Gill Sensors dans le cadre du sport automobile (

y compris en WEC

) sous l’égide de la FIA.

« La procédure de calibrage est assez simple », rappelle Suserg. « Le laboratoire va calibrer les appareils de mesures avec l'essence utilisée par le client final. Dans le cas de Red Bull, le carburant Total, en l’occurrence. Et c'est lors de ces calibrages qu'une panne de capteur est intervenue. En effet, le carburant fabriqué par le pétrolier français semble composé de molécules chimiques qui altèrent les joints toriques internes, chargés d'assurer l’étanchéité entre le tube de mesure traversé par le carburant et la partie électronique de l'appareil. Ce qui altère définitivement le débitmètre car l’électronique et le liquide se marient très mal... »

Précisions que lors de la dernière course à Shanghai, la Williams de Valteri Bottas indiquait 0 litre consommé sur les écrans de la FOM et donc des TV des diverses chaines diffusant la Formule 1. "Cela est dû à une panne de télémétrie, et non de débitmètre. Rosberg et Bottas ont dû faire sans durant toute la course, et gérer leur course à leur manière avec leur muret des stands", précise Suserg.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Équipes Williams
Type d'article Actualités