Vers une nouvelle association des écuries de F1 ?

partages
commentaires
Vers une nouvelle association des écuries de F1 ?
15 févr. 2017 à 13:55

Les écuries de pointe de Formule 1 envisageraient de mettre en place une instance semblable à la défunte FOTA pour protéger leurs intérêts financiers et leurs avantages à la suite du rachat de la discipline par Liberty Media.

Les fans de la FOTA
Conférence de presse : Cyril Abiteboul, Eric Boullier, Gene Haas, Christian Horner, Toto Wolff, Maurizio Arrivabene
Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari, Franz Tost, Team Principal Scuderia Toro Rosso et Eric Boullier, Directeur de la Compétition de McLaren
Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari avec Toto Wolff, Directeur Exécutif de Mercedes AMG F1
Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing avec Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari et Toto Wolff, Directeur Exécutif de Mercedes AMG F1
La conférence de presse : Günther Steiner, Team Principal Haas F1 Team; Monisha Kaltenborn, Sauber, Team Principal; Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport F1; Christian Horner, Red Bull Racing, Team Principal; Toto Wolff, Directeur Exécutif Mercedes AMG F1; Maurizio Arrivabene, Ferrari, Team Principal
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
La réunion de la FOTA sur le bateau de Flavio Briatore, le directeur de Renault F1 Team
Un fan de la FOTA avec Max Mosley, le président de la FIA

L’information provient d’Autosport, qui rapporte qu’une personnalité importante d'une équipe est à la barre pour essayer de rassembler derrière une même bannière les structures qui disposent d’avantages financiers dans le cadre de la redistribution des revenus par la FOM, à savoir Ferrari, Mercedes, Red Bull et McLaren.

Ces "Bonus du championnat constructeurs" garantissent à ces équipes de substantiels revenus supplémentaires liés à leur passé et à leur importance dans la discipline - qui sont évalués, toujours par Autosport, à une trentaine de millions d'euros en moyenne (cela ne prenant pas en compte le bonus accordé seulement à Ferrari pour sa présence en F1 depuis 1950).

On se souvient qu’il s’agissait, fin 2015, d’un des points de crispation concernant le retour de Renault en F1, le constructeur français souhaitant en bénéficier avant de s’engager.

Cependant, depuis la prise de contrôle de la Formule 1 par Liberty Media, ses dirigeants ont expliqué qu’ils souhaitaient revoir, à la fin des accords actuels, le système de distribution des revenus afin de le rendre plus équitable. En effet, actuellement, 65% des revenus destinés aux équipes sont versés à ces quatre écuries par la FOM, les autres devant se contenter des 35% restants.

Même si aucune procédure n'a encore été lancée, l'Union européenne regarde aussi de près ces questions et pourrait aussi contraindre la F1 à mettre fin au dispositif actuel, au titre de la lutte contre les atteintes à la concurrence.

Si aucun dirigeant d’une des écuries en question n’a souhaité confirmer à Autosport que des décisions avaient été prises pour mettre en place une nouvelle association d’équipes, aucun démenti sur l’existence de discussions n’a été formulé.

L’un d’entre eux, sous couvert de l’anonymat, a déclaré : "Nous sommes prêts à organiser des réunions d’équipes et des discussions, mais les avancées de ces discussions peuvent nécessairement être assez tendues, et [certaines équipes qui bénéficient de bonus] pourraient essayer de protéger leur position privilégiée." Avant d’ajouter : "Nous devons tous travailler ensemble pour le bien de la F1 en aidant le Formula One Group."

Une telle association ne serait pas sans rappeler la FOTA, l’Association des Équipes de Formule 1, qui avait été formée en 2008 pour faire entendre une voix unie face à la FOM et à la FIA, notamment dans le cadre de discussions sur l’avenir de la discipline et sur les règlements. Elle avait été démantelée en 2014 suite à une série de défections et suite à la signature des accords commerciaux actuels.

Malgré tout, à la différence de la FOTA, l’association pour le moment envisagée semble plutôt s’adresser aux écuries huppées plutôt qu’à l’ensemble des structures intéressées. Un directeur d’une écurie indépendante a d’ailleurs spéculé sur la création, au final, de "deux FOTA" : une pour les équipes qui touchent les bonus des constructeurs et l’autre pour représenter les intérêts des indépendants.

Avec Anthony Rowlinson et Dieter Rencken

Article suivant
Les pneus de secours Pirelli auront la même dégradation qu'en 2016

Article précédent

Les pneus de secours Pirelli auront la même dégradation qu'en 2016

Article suivant

Honda a pris un "très gros risque" avec son nouveau moteur

Honda a pris un "très gros risque" avec son nouveau moteur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Type d'article Actualités