Les rumeurs d'arrivée d'une équipe chinoise en F1 s'intensifient

Les rumeurs quant à la possibilité de voir une 11e équipe entrer en Formule 1 ont connu mercredi un coup d'accélérateur, suite au dépôt d'un nom en Grande-Bretagne, tandis que la FIA a confirmé avoir été sondée.

Depuis plusieurs semaines, des rumeurs font état de l'arrivée d'un nouveau concurrent en Formule 1, mais aucun projet précis n'a été dévoilé. Cependant, une mise à jour du registre du commerce britannique (Companies House) a révélé le changement de nom d'une société désormais baptisée China F1 Racing Team Limited.

La compagnie, qui s'appelait auparavant Bronze Fortune Limited, est dirigée par un avocat français nommé Michael Orts. Ce dernier a fait de la compétition automobile en Europe et en Amérique. On sait très peu de choses quant au projet, et Michael Orts n'était pas disponible pour commenter l'information mercredi ni pour indiquer s'il s'agissait d'une offre sérieuse pour s'engager en F1.

Dans le même temps, lors de la Conférence Sport organisée par la FIA à Genève, Jean Todt a confirmé que l'instance internationale avait été approchée sur la question d'un engagement futur dans la catégorie reine. "Il y a toujours des rumeurs, mais nous avons reçu un certain intérêt de la part de certaines équipes", a fait savoir le président de la FIA, qui s'est refusé à donner davantage de détails.

Vers un appel d'offres ?

Concernant les équipes engagées en Formule 1, c'est à la FIA seule de lancer ou non un appel d'offres pour accueillir de nouveaux entrants. Pour Jean Todt, cela ne peut se faire que s'il existe des candidatures très sérieuses.

"Quand nous sentirons que c'est le moment, nous ferons un appel d'offres", a-t-il précisé. "Pour le moment, nous avons dix équipes, et l'idée est de monter à 12. Nous avons donc une opportunité, et si nous avons un ou deux arrivants solides, ce serait possible." 

"Nous devons d'abord vérifier la requête. Cela passera par une sorte d'audit, pour voir qui sont les potentiels acheteurs. Si c'est un gros constructeur, c'est facile ; si c'est un privé, il faut être plus prudent. Puis, une fois que l'on est sûrs qu'il y a un réel intérêt, et une fois que l'on est sûrs que les gens en ont les capacités, comme c'était par exemple le cas pour Haas, alors nous faisons un appel d'offres."

Le président de la FIA a également tenu à préciser qu'il était impossible de voir une nouvelle équipe arriver dès 2018, compte tenu des délais nécessaires pour se préparer. "Ce serait stupide de penser qu'une nouvelle équipe serait prête dans huit mois, voire moins", a-t-il prévenu. 

Le dernier appel d'offres de la FIA pour de nouveaux entrants en Formule 1 remonte à 2015. Tandis que Haas avait déjà obtenu sa place pour 2016, aucun autre dossier n'avait finalement été retenu.

Avec Jonathan Noble

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités