La nouvelle Haas ne démarrera pas avant les essais hivernaux

Ce n'est qu'en arrivant à Bahreïn pour les essais hivernaux le mois prochain que Haas F1 pourra vérifier le bon fonctionnement du moteur Ferrari dans sa nouvelle monoplace.

La nouvelle Haas ne démarrera pas avant les essais hivernaux

La pandémie de COVID-19 et les différentes restrictions sanitaires mises en place d'un pays à l'autre compliquent les préparatifs de certaines écuries. Pour Haas F1, qui a déjà modifié son processus d'assemblage pour sa monoplace 2021, il est désormais acquis que le premier démarrage ne pourra pas être réalisé avant l'arrivée à Bahreïn pour les essais hivernaux. L'équipe américaine utilisera l'unité de puissance Ferrari, mais les mesures de quarantaine en vigueur au Royaume-Uni empêchent les ingénieurs de la Scuderia de se rendre sur place afin de procéder à la traditionnelle première mise en route.

Lire aussi :

Souvent mis en avant par les écuries à des fins de communication, le premier démarrage de la monoplace n'en est pas moins un moment déterminant. Il permet notamment de vérifier le bon fonctionnement des différents systèmes. Néanmoins, Haas devra s'adapter, et peut au moins espérer une incidence mineure sur ses préparatifs du fait du gel partiel des châssis et de la relative stabilité technique des F1 cet hiver.

"Le démarrage aura lieu à Bahreïn", confirme le directeur Günther Steiner. "De toute manière, avec tous les Grands Prix lointains, les moteurs repassent par Maranello puis reviennent directement sur les circuits pour être installés dans la voiture. Donc ce n'est pas quelque chose de nouveau. Mais ce n'est pas idéal, car même si c'est une monoplace qui conserve beaucoup d'éléments déjà vus, il y a tout de même des nouvelles pièces. On veut en faire autant que possible, mais si on ne le peut pas, il faut trouver des alternatives. Je pense que tout ira bien. Tant que ça se passe bien lorsque nous le mettons en marche pour la première fois, ce n'est pas un problème !"

L'assemblage transféré en Angleterre

Ce n'est donc qu'à l'aube des trois journées d'essais hivernaux, du 12 au 14 mars à Sakhir, que la nouvelle Haas démarrera pour la première fois avant d'être confiée à Mick Schumacher et Nikita Mazepin. Ce contretemps pour Haas vient s'ajouter à des préparatifs déjà perturbés par la crise sanitaire. Avec son business model très différent des autres écuries, la structure opère avec plusieurs bases puisqu'elle se fournit pour certains éléments auprès de Dallara en Italie et possède des ateliers en Grande-Bretagne. Pour la première fois, la nouvelle monoplace – dont le nom et la date de présentation sont encore inconnus – est assemblée à Banbury, et non de l'autre côté des Alpes. Un choix en partie forcé par la pandémie, mais pas seulement.

"Ce n'est pas facile, car si des gens viennent au Royaume-Uni, ils doivent être placés en quarantaine", précise Steiner. "Ce n'est pas productif, donc ça a une incidence. Il faut ajuster nos manières de faire en conséquence. Et les gars ont trouvé des solutions. Nous assemblons la voiture en Grande-Bretagne cette année. Il y a beaucoup de pièces qui sont les mêmes que l'an dernier, donc c'est la meilleure manière de faire. Il y a moins de nouvelles pièces sur la voiture, mais il y en a quand même."

Haas VF-20 in the garage

"Je ne dirais pas que tout est fabriqué en Italie. C'est essentiellement conçu là-bas. Donc on veut que les techniciens et les concepteurs soient là [quand on assemble la voiture], car s'il y a des problèmes, ils sont proches des autres. C'est habituellement ce que nous faisons. Nous n'avons pas décidé d'assembler la voiture en Grande-Bretagne uniquement à cause de la pandémie, nous l'avons aussi décidé car il y a des pièces qui ne changent pas et nous les connaissons. À l'heure actuelle, il y a plus de pièces en Grande-Bretagne qu'en Italie ! Nous aurions donc dû tout emmener en Italie pour faire l'assemblage, ça n'aurait eu aucun sens."

"Les pièces qui ont changé sont en production. Elles sont en partie fabriquées en Italie, et en partie en Grande-Bretagne. Et elles vont ensuite toutes en Grande-Bretagne et non en Italie comme les années précédentes. L'équipe de conception est en Italie, et ils sont en partie en télétravail. Ils travaillent en équipe et ils viennent parfois à l'usine pour quelques jours. C'est pareil en Grande-Bretagne. Les ingénieurs de course et les ingénieurs performance travaillent principalement depuis chez eux, ils viennent lorsque nous en avons besoin. Et les mécaniciens travaillent en équipe. En gros, il y a deux bulles, et si une bulle est touchée [par le COVID-19], le travail peut se poursuivre."

Günther Steiner a lui-même modifié sa façon de diriger l'écurie pendant l'intersaison puisqu'il est resté aux États-Unis, où il a passé les fêtes. "Habituellement, je reviens [en Europe] entre janvier et février, mais pas cette année", explique-t-il. "Où que j'aille, il faut observer une quarantaine. J'irai directement à Bahreïn pour les essais afin d'éviter toute difficulté."

Propos recueillis par Adam Cooper 

partages
commentaires
Mercedes entre loyauté envers Hamilton et besoin de préparer l'avenir

Article précédent

Mercedes entre loyauté envers Hamilton et besoin de préparer l'avenir

Article suivant

Les écuries approuvent le gel des moteurs F1 pour 2022

Les écuries approuvent le gel des moteurs F1 pour 2022
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Mick Schumacher , Nikita Mazepin
Équipes Haas F1 Team
Tags gunther steiner
Auteur Basile Davoine
Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021

Après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, deuxième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021