La nouvelle soufflerie d'AlphaTauri, "un grand avantage"

AlphaTauri change de soufflerie cette année, ce qui devrait représenter un atout non négligeable pour préparer la nouvelle réglementation.

La nouvelle soufflerie d'AlphaTauri, "un grand avantage"

Les liens sont de plus en plus étroits entre Red Bull Racing et son équipe sœur AlphaTauri. Rebaptisée l'an passé après quatorze saisons sous le nom de Toro Rosso, celle-ci va profiter des nouvelles restrictions de développement aérodynamique pour partager la soufflerie de RBR, située à Bedford.

En effet, selon la réglementation en vigueur désormais, l'écurie quadruple Championne du monde n'aura droit qu'à 37 emplois hebdomadaires de cet outil (soit 46,25 heures d'utilisation, dont 9,25 lors desquelles la soufflerie est active). La petite Scuderia, en revanche, peut l'utiliser 42 fois par semaine, avec un temps proportionnel. Soit une centaine d'heures lors desquelles les deux équipes vont se partager la soufflerie chaque semaine, ce qui permet effectivement d'avoir la même.

Lire aussi :

C'est crucial pour AlphaTauri avec l'arrivée d'une nouvelle réglementation technique en 2022 : l'écurie va pouvoir utiliser un modèle à 60%, soit la taille maximale autorisée par la réglementation, alors qu'elle devait jusqu'à présent composer avec une monoplace à 50% dans sa soufflerie de Bicester.

"Passer à la soufflerie 60% est un grand avantage, car jusqu'à présent, nous avons toujours dû travailler avec celle à 50%", explique Franz Tost, directeur d'équipe, à Motorsport.com. "Celle à 60% est évidemment plus précise ; espérons qu'elle nous fournira des données plus valides. Puis nous aurons la deuxième année du budget plafonné, qui empêchera les top teams d'investir beaucoup plus d'argent que nous."

Franz Tost, Team Principal, AlphaTauri regarde alors que Yuki Tsunoda, Honda Formula Dream Project est assis dans la monoplace

"J'attends avec impatience cette nouvelle réglementation, les voitures de 2022. Où nous serons niveau performance, je ne sais pas encore, car il y a beaucoup, beaucoup de pièces différentes qui doivent être assemblées de la meilleure manière possible. J'espère que notre équipe d'ingénierie en sera capable et que nous aurons du succès en 2022."

Quant au directeur technique Jody Egginton, il estime que ce cap était incontournable pour qu'AlphaTauri maintienne sa progression, après avoir connu ce qui peut être considéré comme la meilleure saison de son histoire l'an dernier.

"Notre soufflerie est assez bonne, et nous la comprenons relativement bien. Nous ne pouvons pas dire que cela nous a entravés", estime Egginton pour Motorsport.com. "Je voulais passer à 60%, et c'était un choix évident, c'est pour ça que nous l'avons fait. C'est un défi. Je pense que changer de soufflerie n'est jamais sans risque. Mais à moyen terme, c'est vraiment ce qu'il faut faire. Nous sommes les seuls à 50%, et je me posais de plus en plus de questions là-dessus. Nous avons donc saisi l'opportunité qu'on nous a donnée d'avoir une soufflerie à 60%. Quand on est le dernier à faire quelque chose et que tout le monde a choisi une autre voie, on se dit un peu qu'il y a un truc à faire."

"Notre objectif est d'être plus compétitif, et cela ôte un point d'interrogation. On verra bien. Il s'agit d'apprivoiser ça. Il nous faut le maîtriser et comprendre la soufflerie rapidement. Les ingénieurs jouent un rôle crucial pour assurer que nous sachions utiliser la soufflerie et profiter de ce dont nous disposons."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Un Alesi dans une Ferrari F1, trente ans après !
Article précédent

Un Alesi dans une Ferrari F1, trente ans après !

Article suivant

Giuliano Alesi et Ferrari, c'est bien fini

Giuliano Alesi et Ferrari, c'est bien fini
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021