De Vries tempère la rumeur qui l'envoie chez Williams

Nyck de Vries pourrait-il faire ses débuts en Formule 1 dès la saison prochaine ? Le principal intéressé préfère nuancer les spéculations.

De Vries tempère la rumeur qui l'envoie chez Williams
Charger le lecteur audio

Si l'arrivée de George Russell chez Mercedes à la place de Valtteri Bottas en 2022 n'est pas encore certaine, les bruits de couloir vont bon train quant à l'identité du pilote qui pourrait alors le remplacer chez Williams, à commencer par le Finlandais lui-même. Le nom de Nico Hülkenberg est également évoqué, tout comme celui d'un certain Nyck de Vries, couronné en Formule 2 en 2019 et actuel leader du championnat de Formule E avant le dernier rendez-vous, ce week-end à Berlin. Son coéquipier chez Mercedes, Stoffel Vandoorne, est également en lice pour le titre, 13e avec 32 points de déficit.

Lire aussi :

Directeur de Mercedes AMG F1 Toto Wolff a lui-même alimenté la rumeur en saluant récemment les performances des athlètes de la marque en Formule E : "Les deux pilotes ont le talent, l'éthique de travail et l'intelligence pour être en Formule 1. Ils ont tous deux remporté la formule de promotion la plus importante [le GP2, puis la F2, ndlr]."

"Avec McLaren, Stoffel s'est retrouvé dans une situation qui était difficile à gérer. Ils méritent tous les deux d'être en F1 et j'espère vraiment qu'ils auront une opportunité. Je suis vraiment heureux de les avoir comme pilotes en Formule E mais je ne me mettrais jamais en travers du chemin d'un pilote s'il avait la possibilité d'aller en Formule 1."

Les portes de la F1 ne s'étaient pas ouvertes pour Nyck de Vries lorsque ce dernier avait remporté le titre de Formule 2, et voilà déjà trois ans qu'il évolue en Endurance avec Racing Team Nederland et G-Drive Racing, tout en ayant un pied chez Toyota, tandis que l'actuelle saison de Formule E est sa seconde. Le Néerlandais préfère ainsi se concentrer sur ses engagements actuels.

"Vous savez, j'ai lu ce que vous avez lu dans les médias", déclare De Vries lorsque Motorsport.com lui demande dans un entretien exclusif si le titre de FE accroîtrait ses chances d'atteindre la Formule 1. "Je me sens évidemment très privilégié et honoré que les gens parlent de moi et m'associent à Williams, et je suis bien sûr reconnaissant de ce qu'a dit Toto dans les médias."

"Mais en même temps, je suis sincèrement très content là où je suis. Je cours officiellement avec Mercedes, nous pouvons nous battre pour les championnats, et je fais aussi de l'Endurance à côté ; je pense avoir un bel avenir devant moi dans cette discipline également. En fait, je prends beaucoup de plaisir dans les deux."

Nyck de Vries, Mercedes Benz EQ, EQ Silver Arrow 02

"Je me concentre donc là-dessus, et remporter le championnat de Formule E serait vraiment exceptionnel pour moi. C'est la première priorité. Est-ce que cela changera quelque chose pour mon avenir ? Je ne sais pas. Mais en fin de compte, en sport, il faut être performant et avoir des résultats ; on a la réputation de sa dernière course. Peu importe ce que je ferai à l'avenir, donc. Remporter le championnat de FE cette année ouvrirait forcément des portes et des opportunités à l'avenir."

Quant à savoir si De Vries s'est entretenu avec Wolff à ce sujet : "Vous savez, une très grande semaine nous attend avec les courses. Puis il y a Le Mans. [Mercedes F1] est en vacances, et nous avons un grand travail à faire. Je me concentre donc là-dessus. Et nous verrons comment évoluera l'avenir. De toute façon, dans la vie, il y a très peu de garanties, surtout dans le monde où nous vivons."

La prochaine étape pour le pilote Mercedes est donc le rendez-vous de Berlin, où se conclura la septième saison du Championnat du monde de Formule E, avec encore 18 pilotes en lice pour le titre. De Vries, leader avec 95 points (soit seulement 7,31 unités par course sur 30 possibles), sait que sa tâche sera ardue puisqu'il sera placé au sein du premier groupe en qualifications, soit le plus désavantageux quant aux conditions de piste. Cependant, une éventuelle victoire ce samedi pourrait également lui permettre de tuer le suspense…

"Tout d'abord, en équipe, nous devons faire du bon travail à Berlin ; il faut que nous ayons un package compétitif, il faut que je fasse mon travail en piste", ajoute De Vries. "Et tout d'abord, il faut que nous soyons en mesure de contrôler ce que nous pouvons contrôler : notre niveau de performance et notre travail."

"Puis nous aurons besoin d'un petit peu de… pas de chance, mais de conditions constantes. Si les conditions sont constantes en qualifications, que nous faisons notre travail et que nous sommes compétitifs, alors je pense que nous avons de très bonnes chances. Si nous sommes un peu malchanceux et que la piste évolue énormément entre le groupe 1 et les autres groupes, alors peut-être qu'il serait mieux d'être dans le groupe 2." Seul l'avenir le dira.

Propos recueillis par Khodr Rawi

partages
commentaires
Di Grassi : Des courses en ligne droite pour remplacer les qualifications
Article précédent

Di Grassi : Des courses en ligne droite pour remplacer les qualifications

Article suivant

La place de Nato chez Venturi menacée par Di Grassi

La place de Nato chez Venturi menacée par Di Grassi
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021