Alonso 3e : Ocon "aussi heureux" que s'il était sur le podium

Après la troisième place de Fernando Alonso au Grand Prix du Qatar, son équipier Esteban Ocon ne tarit pas d'éloges sur la course, qualifiée de "victoire", et sur la saison "exceptionnelle" de celui qu'il considère comme "le top pilote" de la Formule 1 actuellement.

À nouveau, Alpine aura réussi un coup d'éclat cette année. Même si sur l'ensemble de la saison, la structure d'Enstone n'aura pas toujours été très constante dans ses résultats et ses performances, en témoigne sa tournée américaine relativement compliquée, elle vient de signer au Qatar son second podium de la saison, grâce à la troisième place de Fernando Alonso.

Si ce dernier doit évidemment sa position à des performances très légèrement en deçà ou un abandon chez Red Bull Racing et Mercedes, le constructeur français aura affiché le rythme nécessaire à pouvoir saisir l'opportunité qui se présentait à lui, comme en Hongrie, où c'est Esteban Ocon qui avait remporté l'épreuve. À l'évidence, la course magyare aura été moins imprévisible que l'épreuve qatarie, mais encore fallait-il concrétiser cette performance dans l'exécution d'une course qui avait tout du casse-tête pneumatique.

Encore une fois, l'entraide entre équipiers Alpine aura été sollicitée et Ocon a fait son possible, sur une piste plus propice aux dépassements que le Hungaroring, pour freiner la remontée de Sergio Pérez. Au bout du compte, si la VSC causée par l'arrêt dans les graviers de Nicholas Latifi a joué dans le sens d'Alonso, le faible écart avec la Red Bull sur la ligne peut aussi être à mettre sur le compte du travail du Français. Ce dernier termine par ailleurs à une très belle cinquième place.

Fernando Alonso et Esteban Ocon.

Fernando Alonso et Esteban Ocon.

Le 25-0 infligé à AlphaTauri au passage est évidemment une excellente nouvelle car, à égalité au moment d'aborder cette épreuve, les deux écuries en lutte pour la cinquième place chez les constructeurs sont désormais séparées de l'équivalent d'une victoire avec seulement deux épreuves à disputer. "C'est un super, super week-end pour l'équipe", a déclaré Ocon pour Canal+. "On était hyper rapides en course, c'était vraiment une très, très bonne surprise."

"J'ai essayé de défendre au maximum sur Pérez pour que Fernando puisse essayer de garder ce podium. C'est plus facile de doubler qu'à Budapest, je n'ai pas réussi à le laisser trop longtemps derrière. Mais en tout cas on a fait une super course. On prend de l'avance sur AlphaTauri, ce qui était notre objectif. C'est une victoire pour nous aujourd'hui, c'est aussi simple que ça. En partant neuvième, finir cinquième et puis Fernando qui monte sur le podium aussi, c'est un résultat quasi parfait pour nous. Ce n'est pas une victoire mais presque."

Quand il lui est demandé de juger la saison de son équipier, Ocon lance : "Elle est très, très bonne, elle est exceptionnelle sa saison. Revenir après deux ans, après autant d'années inactif entre guillemets, il a toujours autant cette passion, cette rage, c'est pour moi le top pilote du plateau. Il a cette capacité à être rapide sur un tour mais aussi ce racecraft [science de la course, ndlr] que personne n'a. C'est un des top guys et je suis fier d'être son coéquipier et de continuer à travailler ensemble. Je suis aussi heureux que si j'étais sur le podium parce qu'on travaille pour avoir des résultats comme ça. On veut se donner le moyen d'en avoir à toutes les courses."

Lire aussi :

partages
commentaires
Avertissement et excuses : Horner explique sa "frustration"
Article précédent

Avertissement et excuses : Horner explique sa "frustration"

Article suivant

Verstappen : "On ne me fait jamais de cadeau"

Verstappen : "On ne me fait jamais de cadeau"
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021