Ocon : "Il n'y aura aucun joker" dans une saison raccourcie

Esteban Ocon n'est pas contre l'organisation d'une saison de F1 raccourcie à cause de la pandémie due au coronavirus, et le Français souligne l'importance de ne pas abandonner des courses si elles sont en nombre réduit.

Ocon : "Il n'y aura aucun joker" dans une saison raccourcie

La Formule 1 se dirige vers une raison nettement raccourcie à cause de la crise sanitaire du COVID-19. Sept Grands Prix ont déjà été reportés et trois ont été annulés à cause du confinement nécessaire pour réduire la propagation du virus, et l'incertitude règne quant à la suite de la saison, même si la F1 travaille sur la possibilité d'un lancement de saison en Autriche du 3 au 5 juillet, et que Silverstone et Barcelone visent aussi l'organisation d'un Grand Prix durant l'été.

Il semble inéluctable de vivre une saison nettement raccourcie, même si 15 à 18 GP sont pour le moment espérés. Pour Esteban Ocon, qui s'adressait à Sky Sports, ce format différent renforcera les pertes causées par un abandon : "Oui, c'est certain. Il n'y aura aucun joker, il n'y a pas de place pour des abandons. Ce sera très important de terminer toutes les courses, marquer tous les points disponibles et atteindre la ligne d'arrivée."

Lire aussi :

Charles Leclerc a quant à lui déclaré que si la saison est réduite en taille, les pilotes courront moins à l'économie et réfléchiront moins : "Si l'on a moins de courses, les gens voudront peut-être prendre un peu plus de risques. On pourrait avoir des surprises et ça pourrait être plus palpitant à regarder. Je suis sûr que Mercedes et Lewis [Hamilton] seront toujours les favoris, même si c'est un championnat à huit courses, il sera difficile de les battre. Mais il est probable que nous prenions un peu plus de risques, au moins en piste avec les dépassements ou dans les stratégies. Peut-être que ça paiera, peut-être que non."

L'autre question régulièrement soulevée par les discussions autour d'une saison raccourcie est celle de la légitimité du Champion du monde, avec moins de courses pour le couronner. Le règlement prévoit qu'il faut un minimum de huit courses pour attribuer les titres mondiaux, mais la longueur des dernières saisons amène le débat dans le cas d'une année 2020 à huit ou dix courses. Un débat qui n'a pas lieu d'être selon Sebastian Vettel, et Ocon se joint à l'avis du pilote Ferrari.

"Plus on peut faire [de courses], mieux ce sera pour le championnat", poursuit le Français. "Je suis d'accord que dix bonnes courses, si l'on peut faire ça voire un peu plus, seraient viables. Il y a assez de courses pour déterminer qui est le meilleur et qui ne l'est pas à la fin, et c'est pareil pour tout le monde. Tant que nous pouvons courir, je suis heureux."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires
Le jour où Senna gagna avec 0"01 d'avance !

Article précédent

Le jour où Senna gagna avec 0"01 d'avance !

Article suivant

Il y a 19 ans : le sort s'acharne sur Mika Häkkinen

Il y a 19 ans : le sort s'acharne sur Mika Häkkinen
Charger les commentaires
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021