Ocon explique pourquoi il n'a pas fini le GP avec les pneus mediums

Esteban Ocon est revenu sur la fin de course du Grand Prix d'Italie et notamment sa stratégie pneumatique qui n'a pas été optimale.

Ocon explique pourquoi il n'a pas fini le GP avec les pneus mediums

Esteban Ocon a terminé huitième d'une course démarrée à la 12e position. Mais en fin d'épreuve, le pilote Renault n'était pas vraiment satisfait, même s'il a plus tard mis de l'eau dans son vin suite à un échange radio tendu avec son muret des stands.

Dans la seconde partie de course, le Français a utilisé les gommes tendres. Un choix qui semblait étonnant vu la longueur du relais et la tenue difficile des pneus. Mais un choix qui n'en a pas vraiment été un puisque l'utilisation de ces pneus a en fait été contrainte. Ocon devait en effet utiliser les mediums, mais ceux-ci n'étaient pas à la bonne température et ne pouvait donc pas être montés sur la R.S.20.

Lire aussi :

Cette situation a placé le #31 en difficulté et il a progressivement été décroché de son équipier Daniel Ricciardo, sixième, à mesure que ses pneus perdaient en efficacité, au point d'être finalement repris dans l'ultime boucle par Lewis Hamilton, qui était pourtant reparti dernier après sa pénalité.

"Bien sûr, nous avions en tête de prendre un bon départ avec ces tendres", a déclaré Ocon en réponse à une question de Motorsport.com. "Malheureusement, mon train de mediums n'était pas prêt à rouler. Donc je ne pouvais pas le choisir, sinon nous l'aurions fait."

"J'ai eu un très bon rythme lors des deux premiers tours, mais dans le troisième il s'est dégradé de façon significative et je n'étais évidemment pas très satisfait de l'équilibre, et de la manière dont les choses ont évolué après ça."

"Je pense que si nous devions le refaire, nous aurions pris les mediums, mais ils n'étaient pas préparés et en condition. Ils avaient chuté en température donc évidemment il y a eu un petit peu de retard pour les envelopper. C'est donc quelque chose que nous devons réexaminer."

"Ne faut pas se cacher derrière des éléments hors de notre contrôle"

Quant à Cyril Abiteboul, le directeur de Renault Sport, il a fait part après la course de sa frustration : "Après la bonne prestation à Spa et l’annonce planifiée de notre changement de nom en Alpine F1 Team dès l’an prochain, il y avait clairement une pression et des attentes accrues sur l’équipe ce week-end."

"Nous savions également qu’il y aurait deux grandes inconnues ici : d’une part les effets des caractéristiques de la piste sur notre monoplace, qui n’étaient clairement pas aussi favorables qu’à Spa avec une proportion du tour plus importante passée dans des virages rapides, et d’autre part la nouvelle directive technique sur les modes moteurs. Si son impact sur les qualifications n’est pas encore très clair, la course d’aujourd’hui montre que le peloton reste plus regroupé et plus compétitif, ce qui rendra la compétition plus excitante."

Lire aussi :

"Après un excellent départ de nos deux voitures puisque Daniel a dépassé et maintenu Valtteri Bottas tandis qu’Esteban a doublé plusieurs concurrents dans les premiers tours, les différents incidents de course ont compromis notre position en piste et nous ont finalement contraint à nous contenter des sixième et huitième rangs. C’est frustrant pour toute l’équipe, mais il ne faut pas se cacher derrière des éléments hors de notre contrôle."

"Ce week-end, notre monoplace n’était clairement pas aussi forte que les McLaren, mieux placées dans des circonstances similaires. Il est néanmoins bon de voir quatre moteurs Renault dans les huit premières places sur un tracé aussi exigeant que Monza. Dans l’ensemble, nous avons marqué de bons points et cela nous permet de prendre la cinquième position du championnat tout en restant en vue des écuries devant."

partages
commentaires

Voir aussi :

Lewis Hamilton lance sa propre équipe d'Extreme E

Article précédent

Lewis Hamilton lance sa propre équipe d'Extreme E

Article suivant

Vettel : Aucun "raccourci" face à la "souffrance" de Ferrari

Vettel : Aucun "raccourci" face à la "souffrance" de Ferrari
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021