Ocon, Grosjean, Gasly : le quiz des Français par F1 Racing

Qui d'Esteban Ocon, Romain Grosjean et Pierre Gasly connaît le mieux la contribution de son pays à la Formule 1 ? F1 Racing les a fait participer à un quiz sur l'Histoire de la France dans l'élite.

Ocon, Grosjean, Gasly : le quiz des Français par F1 Racing

Renault, Ligier. Matra, Elf, Talbot et Michelin. Paul Ricard. Magny-Cours. Reims. Puis Behra, Beltoise, Cevert, Laffite, Tambay, Pironi, Arnoux et Prost, pour n'en nommer que quelques-uns. La contribution de la France à la Formule 1 est d'une richesse intarissable, ce depuis le premier Grand Prix de l'Histoire, dans l'Hexagone en 1906, remporté par Renault.

Ces derniers temps, on a assisté au regain d'intérêt de la France pour la F1, grâce au retour de Renault en tant qu'écurie d'usine et aux nouveaux jeunes talents tricolores.

Cette saison, il y avait cinq pilotes francophones dans la catégorie reine du sport automobile : Romain Grosjean (Haas), Esteban Ocon (Force India), Pierre Gasly (Toro Rosso), Charles Leclerc (Sauber) et Lance Stroll (Williams), même si seuls les trois premiers arborent le drapeau bleu-blanc-rouge. Ce sont donc eux que nous avons interrogés, afin de savoir qui est le plus digne représentant de son pays.

Lire aussi :

Leur premier défi ? Dessiner le tracé du Circuit Paul Ricard utilisé pour le Grand Prix de France. Cette piste a été intégralement rénovée il y a une vingtaine d'années pour rouvrir ses portes en tant que High Tech Test Track – une piste d'essais haute technologie. De nombreuses courses ont toutefois lieu au Castellet depuis lors, dont ce fameux GP de France à partir de 2018.

Dessiner le parcours du Paul Ricard n'a toutefois rien d'évident, d'autant que le tracé existe en 167 configurations possibles. Gasly et Grosjean ne tardent pas à remarquer le croquis quelque peu douteux réalisé par Ocon, à tel point que le pilote Haas se demande si son comparse de Force India n'essayait pas de dessiner Abu Dhabi !

"Merde. J'ai du mal", reconnaît Ocon dans l'hilarité générale. "J'ai un problème avec les virages… et les lignes droites !"

Pierre Gasly, Toro Rosso
Le dessin de Pierre Gasly, Toro Rosso

Gasly marque un point pour son dessin relativement ressemblant, et c'est désormais une série de questions qui les attend. La première est facile : "Combien de titres mondiaux Alain Prost a-t-il remportés ?"

Au final, nos buzzers ne servent pas à grand-chose puisque tous trois s'écrient à l'unisson : "QUATRE !" Ça promet ! Nous n'avons d'autre choix que de leur rappeler qu'ils doivent utiliser les buzzers.

Deuxième question : "Combien de Grands Prix Prost a-t-il remportés ?" Grosjean buzze sans la moindre hésitation… mais réfléchit ensuite pendant six secondes. Comment le règlement peut-il autoriser ça ? Finalement, il lâche : "57 ?"

Le pilote Toro Rosso à la gauche de Romain ne manque pas de remarquer l'injustice de ce qui vient de se produire. "Si l'on donne la mauvaise réponse, est-ce qu'on perd un point ?" s'enquiert Gasly. Puisque Grosjean est à zéro, ce n'est pas possible… Ocon, sans utiliser son buzzer, saisit l'opportunité : "44 ?" Gasly réagit : "59 !" Tout le monde s'est trompé, la bonne réponse était 51. "Je le savais !" s'exclame Grosjean.

Lire aussi :

Troisième question : "En quelle année a eu lieu le tout premier Grand Prix de France ?" Techniquement, c'est la première fois que le titre de Grand Prix a été utilisé comme dénomination d'une course internationale, en raison des 45'000 francs accordés au vainqueur.

Le premier Grand Prix de l'ACF a ainsi été organisé en 1906 par l'Automobile Club de France, avec un format de contre-la-montre sur les routes entourant Le Mans. C'est la réponse que nous recherchons, et non la première course suivant la création du Championnat du monde de Formule 1 en 1950, tenue aux alentours de Reims.

Cette fois, Ocon buzze en premier : "Le Mans 1901". Le circuit n'était pas demandé, mais nous estimons qu'il mérite un point pour ses connaissances. Grosjean ne peut s'empêcher de s'en mêler : "Ce n'était pas Reims ?" Nous ignorons son intervention et demandons de nouveau l'année du premier Grand Prix de France, en précisant que 1901 n'est pas loin de la bonne réponse.

"1905, 6, 7, 8, 9, 10 !" énumère Grosjean. Bonne réponse, 1906 ! Un point pour Romain. Esteban s'insurge face à cette succession de dates : "Mais c'est pas vrai ! C'était mon point !"

Esteban Ocon, Force India

Sans plus tarder, nous passons à la question suivante : "Qu'est-ce qui fait la célébrité du pilote Bugatti Louis Chiron à Monaco ?" Soudain, un inattendu silence règne sur l'hospitalité Pirelli dans laquelle nous nous trouvons (c'est d'ailleurs le parfait terrain neutre pour un tel exercice : personne ne joue à domicile).

Enfin, Grosjean brise le silence : "Il buvait du Cognac ?" Non. Après avoir un temps espéré une intervention divine, nous décidons de leur donner un indice en levant la main droite. C'est une révélation pour Ocon : "C'est lui qui donnait le départ de la course avec le drapeau. J'ai regardé le documentaire des années 1970 sur Jackie Stewart où il parle de Chiron qui se met sur la pointe des pieds avant d'agiter le drapeau."

Excellent détail. Un point à Esteban. Grosjean en marque un à son tour pour avoir correctement identifié Guy Ligier comme l'ancien joueur de rugby français ayant fondé une écurie de Formule 1 en 1976, puis un autre pour avoir su où Jean Alesi avait remporté sa seule victoire en Grand Prix (au Canada en 1995).

Lire aussi :

Passons à la manche en images. Nous présentons six photos d'anciens pilotes de Formule 1 français, à nommer, avec à chaque fois des points à la clé pour le plus rapide à donner la réponse. Certains visages sont plus connus que d'autres, semble-t-il, et chacun marque un point de plus.

Nous passons ensuite à la dernière phase de notre quiz, qui requiert moins de rapidité mais davantage de réflexion. Tour à tour, chaque pilote doit convaincre le maître du jeu de sa réponse : la première question concerne la cuisine, la deuxième les voyages, et la troisième le Grand Prix de France. Il n'y a pas de "bonne" réponse à la première, mais le point sera attribué à la la recette française la plus appétissante.

Nous imaginons que Grosjean part avec un certain avantage : sa passion pour la gastronomie est de notoriété publique, et fin 2017, sa femme Marion et lui ont publié un livre de leurs recettes favorites. Gasly, lui, ressent une certaine injustice : "Mais enfin, on peut pas parler de cuisine, il... c'est un vrai chef !" s'exclame-t-il en pointant Grosjean d'un doigt accusateur.

Pierre Gasly, Toro Rosso

Merci pour cette intervention Pierre, c'est donc toi qui vas avoir l'honneur de répondre en premier. Mais Grosjean intervient : "Le maître du jeu est anglais, donc il faut penser à quelque chose qui va lui parler, comme le rosbif !"

Un Gasly hésitant tente sa chance : "Mon plat français favori, que vous allez aimer, je pense... Je ne suis pas expert, mais je dirais peut-être un classique de la cuisine française, les escargots au beurre." Malheureusement, cela ne nous plaît pas.

C'est au tour d'Ocon : "Simple. La ratatouille !" Cuisinée d'une façon particulière, oserions-nous demander ? Grosjean est alors incapable de rester coi, d'autant qu'il se sent impliqué par le sujet : "Il faut faire cuisiner chaque ingrédient séparément, à savoir les tomates, les courgettes et les aubergines, puis les mélanger. Mais ce n'est pas mon plat. Pour vous, je ferai un pot-au-feu avec du bœuf et des pommes de terre, des carottes, des poireaux et des oignons."

Lire aussi :

Nous en avons suffisamment entendu. Grosjean mène, tandis que Gasly ferme la marche. Pour l'intérêt de la compétition, nous décidons donc d'accorder le point aux escargots à l'ail de Gasly. Romain est imperturbable et, sentant l'odeur de la victoire, lance à Pierre : "Tu as quand même plus de points que moi au championnat du monde* !"

L'avant-dernière question consiste à convaincre le maître du jeu du meilleur endroit à visiter en France. "Oh mon dieu !" s'exclame Grosjean. "Il y en a tellement. Quand vous allez au Paul Ricard en été, assurez-vous de visiter Cassis, un village de pêche à proximité. Prenez une bonne bouteille de rosé et dégustez un loup de la Méditerranée."

Peut-on faire mieux que ça ? Ocon tente sa chance : "Je suggère la Normandie, d'où je viens..." Grosjean intervient : "Là où il pleut tout le temps ?" Ocon renchérit : "La côte est très belle près de Deauville, et c'est un peu plus britannique, donc ça devrait vous parler. On peut y manger du bon fromage, d'ailleurs." Cela ne convainc pas Grosjean, qui rétorque : "On peut manger du bon fromage n'importe où."

Esteban Ocon, Force India, Romain Grosjean, Haas F1 Team, Pierre Gasly, Toro Rosso

Romain sent qu'il est sur le point de marquer un autre point. Gasly, quant à lui, suggère "les Alpes en hiver. Il y a énormément de bonnes stations de ski à visiter. C'est très cool, l'air est frais et c'est toujours agréable." Cependant, aucun doute : Grosjean nous a convaincus de l'endroit où loger pour le prochain Grand Prix de France.

"Mais le Sud de la France, c'est trop facile !" s'écrie Ocon. Le débat continue autour de Biarritz et de la côte basque, avec une référence à Pau, qui a accueilli le Grand Prix de France dans les années 1930. De nos jours, le Grand Prix de Pau est une course de Formule 3.

Lire aussi :

Enfin, dernière question : quelle est la meilleure raison du retour du Grand Prix de France au calendrier ?

Ocon répond en premier : "La France a joué un rôle immense dans l'Histoire du sport automobile : nous avons beaucoup de voitures performantes, notamment en rallye et sur les routes. La France mérite son retour au calendrier."

Ensuite, Gasly : "Nous avons beaucoup de pilotes qui ont gagné des courses en F1. Nous avons Renault, et cela fait partie de notre culture – et le Grand Prix de France a été au calendrier pendant des années, même si récemment ce n'était plus le cas. Tout le monde est content qu'il soit de retour au calendrier."

Le dernier mot revient à Romain : "C'est simple, c'est parce qu'on dit Grand Prix, et que Grand Prix est une expression française !" Voilà qui vaut à Grosjean d'être acclamé par ses compatriotes, et nous lui attribuons l'ultime point et la victoire de ce quiz.

Score final :

  • Grosjean : 11
  • Ocon : 7
  • Gasly : 6

Romain gagne un volant de Formule 1 miniature, qu'il soulève avec un grand sourire !

Et merci à la France, surtout, pour son immense contribution à la Formule 1 !

Romain Grosjean, Haas F1 Team

Interview réalisée avant le Grand Prix de France

partages
commentaires
Lewis Hamilton est votre pilote de l'année 2018 !
Article précédent

Lewis Hamilton est votre pilote de l'année 2018 !

Article suivant

Sauber : Une "spirale" positive ayant motivé Räikkönen

Sauber : Une "spirale" positive ayant motivé Räikkönen
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021