Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"

Esteban Ocon attend beaucoup des évolutions prévues par Renault pour la prochaine série de Grands Prix, après un week-end décevant en Hongrie.

Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"

S'il parle volontiers de "week-end à oublier" en Hongrie, Esteban Ocon conserve une bonne dose d'optimisme pour la suite de la saison. Le Français attend notamment avec impatience un nouveau package d'évolutions, qui devrait faire son apparition sur la R.S.20 à Silverstone le mois prochain.

À Budapest, Ocon s'est qualifié anonymement au 14e rang samedi et il n'a pas pu faire mieux en course, tandis que son coéquipier Daniel Ricciardo a pris la huitième place. Cette huitième position, c'est d'ailleurs le meilleur résultat d'une Renault après la première série de trois Grands Prix, marqués aussi par deux abandons dus à des problèmes de radiateur en Autriche.

"Ce n'était pas un bon week-end. Globalement, nous n'avons pas profité des conditions et nous n'avons pas bien géré la séance [de qualifications] au niveau de la stratégie, donc nous devons revoir comment nous aurions pu mieux faire", explique Ocon. "Clairement, nous avons rendu les choses compliquées. C'est donc un week-end à oublier de notre côté. J'espère que nous allons travailler là-dessus pour revenir plus forts. C'est clair. Le premier arrêt au stand avec l'empilement dans la pitlane en début de course m'a fait perdre du terrain, de précieuses secondes. À partir de là, avec un rythme si serré entre les voitures, c'est difficile de revenir."

Lire aussi :

S'il s'était félicité de piloter une voiture "saine" sur le Red Bull Ring, Ocon s'est cette fois retrouvé aux prises avec une monoplace plus irrégulière mais qu'il sent capable de faire beaucoup mieux que les résultats acquis jusqu'à présent.

"Je dirais que nous avons un peu de travail à faire sur la régularité", insiste-t-il. "Relais après relais, nous semblons parfois en difficulté pour faire un tour, pour mettre la performance en place. C'est aussi un domaine dans lequel nous devons travailler. Ce n'est pas parce que nous ne nous sommes pas bien qualifiés que la voiture n'est pas capable d'être performante." 

"Si nous exploitons tout de la voiture et que nous lui donnons tout à 100%, je pense qu'il y a une chance d'être en Q3, assurément. C'est mon avis et il y a des choses à venir pour les prochains Grands Prix aussi. La course au développement est encore en marche. Ce n'est que le début : on est tard dans l'année, mais il est tôt dans la saison. Il y a encore des choses que nous pouvons faire, c'est loin d'être terminé."

"J'espère juste que ça apportera de la performance globale. Je ne sais pas exactement ce qui arrive. Je ne suis pas au courant de ce qui va arriver, mais je sais que ça devrait apporter plus de performance sur des circuits comme ceux qui se présentent, où il sera très important d'avoir ces pièces. Il y a un domaine clair dans lequel nous devons travailler. Je ne vais pas entrer dans les détails mais nous savons où améliorer la voiture. J'espère que ça nous aidera à régler les problèmes que nous rencontrons. Nous verrons bien."

partages
commentaires
Pourquoi le départ volé de Bottas n'a pas été sanctionné
Article précédent

Pourquoi le départ volé de Bottas n'a pas été sanctionné

Article suivant

Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon

Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021