Ocon regrette d'être parti en pneus pluie à Imola

Neuvième du Grand Prix d'Émilie-Romagne, Esteban Ocon a regretté après l'épreuve le choix de démarrer la course en pneus pluie, qui s'est avéré assez coûteux au vu du rythme affiché par l'Alpine.

Ocon regrette d'être parti en pneus pluie à Imola

Esteban Ocon a fait partie des rares pilotes qui ont démarré la course du Grand Prix d'Émilie-Romagne en gommes pluie (bleues), 16 des 20 concurrents ayant choisi les intermédiaires (vertes). Si les conditions humides du tracé d'Imola laissaient présager un choix difficile, il s'est rapidement avéré que cette décision n'était pas la bonne. Le Français s'est débarrassé de son train dès la fin du premier tour, profitant du Safety Car sorti pour l'accident de Nicholas Latifi, ce qui a toutefois envoyé l'Alpine #31 en queue de peloton.

Finalement, au terme d'une course compliquée, Ocon est parvenu à rallier l'arrivée au dixième rang, qui s'est transformé sur tapis vert en neuvième place après la pénalité infligée à Kimi Räikkönen. Un résultat qui ne satisfait pas forcément le pilote normand : "Je pense que nous avions notre place dans le top 10, c'est clair."

Lire aussi :

"Aujourd'hui, la course n'a pas été simple, au contraire du reste du week-end. Je crois que nous avions le potentiel pour être septième, huitième, quelque chose comme ça. Le rythme sur le sec était en fait assez solide, nous étions plus rapides que les Sauber [Alfa Romeo] aujourd'hui. Nous ne sommes pas exactement là où nous voulons être mais nous avons fait des progrès ce week-end au niveau du résultat obtenu. Nous étions à l'aise dans la voiture au moment de la piloter, Fernando et moi, et nous voulons inscrire plus de points lors de la prochaine course."

Interrogé sur le sujet par Motorsport.com, Ocon a expliqué les raisons de son départ en gommes pluie. "À l'heure qu'il est [après la course], c'est sûr, je serais parti en inters parce qu'ils étaient un cran au-dessus en termes d'adhérence sur le mouillé. À ce moment-là [avant le départ], nous avions eu l'info que beaucoup plus de voitures s'élanceraient en [pneus] pluie – finalement, il ne restait plus que [Pierre] Gasly et moi [et les Haas], donc ce n'était pas une bonne décision."

"Évidemment, nous avons perdu un peu de temps au départ, nous sommes repassés aux inters, et ça fonctionnait assez bien, mais malheureusement nous étions à l'arrière et ensuite il a fallu encore s'arrêter juste avant le drapeau rouge où nous avons perdu quelques positions. Ce n'était pas une course facile, comme je l'ai dit, il y avait assurément des opportunités."

Puis il a ajouté : "Fernando était sur les inters, il a perdu des positions au départ, j'ai revu son envol et il a perdu des places, mais j'avais moins d'adhérence avec les pneus pluie, donc Alonso a perdu quelques positions à ce moment-là, mais de mon côté je connais la raison [de mon mauvais départ], j'en connais exactement la raison, je ne sais pas exactement ce qui s'est passé pour Fernando."

partages
commentaires

Voir aussi :

Pourquoi Leclerc n'a pas dépassé Verstappen lors du dernier restart
Article précédent

Pourquoi Leclerc n'a pas dépassé Verstappen lors du dernier restart

Article suivant

Stats Imola 2021 - Verstappen rejoint un cercle très fermé

Stats Imola 2021 - Verstappen rejoint un cercle très fermé
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021