Officiel - Carlos Sainz chez Renault en 2018

Comme annoncé par Motorsport.com, Carlos Sainz rejoindra donc bien Renault Sport F1 en vue de la saison 2018 de F1, où il remplacera Jolyon Palmer, dans le cadre d'un prêt.

Officiel - Carlos Sainz chez Renault en 2018

Finalement, quelques mois après avoir été un peu trop présomptueux sur son avenir, et après avoir été rappelé à l'ordre par les dirigeants du programme Red Bull, l'Espagnol va bien quitter – au moins temporairement – le giron de la firme autrichienne, dans le cadre d'une partie de billard à plusieurs bandes qui a évidemment tout à voir avec la question des moteurs de Toro Rosso et de McLaren.

Au sein de la filière du taureau rouge depuis 2010, Carlos Sainz, fils du Champion du monde des rallyes et vainqueur du Dakar, a gravi progressivement les échelons menant à la F1 en remportant la Formule Renault 2.0 NEC en 2011 puis la FR3.5 en 2014. 

C'est à la fin de cette année-là qu'il est nommé pilote titulaire Toro Rosso pour 2015, aux côtés de Max Verstappen, suite à la promotion de Daniil Kvyat pour pallier le départ de Sebastian Vettel chez Ferrari, mais aussi à la non-reconduction de Jean-Éric Vergne.

"Un pilote très prometteur"

Bien que dans l'ombre de l'envahissant Néerlandais en 2015, Sainz n'a pas eu à rougir de ses prestations et a démontré depuis ses débuts d'indéniables qualités de vitesse et de rythme en course, mais aussi une fougue parfois à l'origine d'incidents évitables. En proie au doute sur son futur dans la filière qui lui a permis de démarrer en Formule 1, les titulaires actuels de Red Bull Racing semblant indéboulonnables, au moins à court terme, il sera désormais l'un des représentants d'un des grands constructeurs mondiaux présents sur la grille.

"Carlos Sainz est un pilote très prometteur", déclare Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Il est dans notre radar depuis un certain temps, plus particulièrement depuis ses succès dans les formules de promotion Renault. C’est très positif pour nous d’être en mesure de confirmer Carlos pour 2018. C’est un choix en phase avec notre plan stratégique à moyen-terme. Nous avons le sentiment que Nico et Carlos seront complémentaires, sur la piste comme en dehors. Cette association devrait nous aider à progresser dans la hiérarchie. Je voudrais remercier Helmut Marko pour le prêt de Carlos pendant cette période."

Du côté de Renault, c'est évidemment Jolyon Palmer qui va faire les frais de cette arrivée, le Losange ayant déjà misé, avec réussite au vu des résultats jusqu'ici, sur Nico Hülkenberg pour sa première "vraie" saison de retour. Le Britannique n'a que très rarement été en position de convaincre ses dirigeants de le conserver, lui dont l'avenir n'a déjà tenu qu'à un fil – celui du départ de Kevin Magnussen chez Haas – fin 2016. Il a, de plus, eu à subir la pression d'un hypothétique retour de Robert Kubica, qui a bénéficié d'essais au volant de la R.S.17 en Hongrie.

"Nous devons aussi remercier Jolyon Palmer pour son travail continu avec l’équipe et ses efforts ces deux dernières saisons. C’est un pilote dévoué et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de sa carrière", a conclu Abiteboul.

Une pièce du puzzle

La libération de Sainz au profit de Renault est une des pièces du puzzle qui a permis à Toro Rosso de se libérer de l'engagement avec le constructeur français et d'accéder pour 2018 à une unité de puissance Honda. Le motoriste japonais va donc pouvoir rester en F1, et offrir à Red Bull Racing une option pour l'avenir.

McLaren, enfin, s'offre la fourniture moteur de Viry-Châtillon, qui était celle de STR, en mettant fin à une collaboration de trois années, très difficile et peu fructueuse, avec Honda.

Le mot de la fin revient au principal intéressé, Carlos Sainz : "Je suis très heureux de rejoindre Renault Sport Formula One Team. Être pilote de Formule 1 pour l’équipe officielle d’un constructeur est un honneur et j’espère répondre à la confiance de Renault avec de très bonnes performances sur la piste."

"La progression de Renault Sport Formula One Team est prometteuse et je suis fier de les rejoindre à un moment aussi important de leur histoire. Je suis impatient de travailler avec tout le monde à Enstone et à Viry, et de piloter aux côtés de Nico Hülkenberg."

"J’ai toujours été proche de Renault – aussi bien au début de ma carrière qu’en Formule 1 – et je connais leur motivation et leurs capacités. C’est le début d’un nouveau chapitre très excitant de ma carrière. Je voudrais remercier Red Bull pour leur confiance et leur support, et également pour me laisser saisir cette opportunité. Enfin, je veux vraiment remercier tous les gens qui travaillent chez Toro Rosso. C’est une fantastique équipe de professionnels et je leur souhaite le meilleur pour l’avenir."

partages
commentaires
Officiel - Honda rejoint Toro Rosso pour 2018

Article précédent

Officiel - Honda rejoint Toro Rosso pour 2018

Article suivant

McLaren-Honda, le récit d'un fiasco

McLaren-Honda, le récit d'un fiasco
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021