Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
2 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
23 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
37 jours

Palmer - "Renault a le potentiel pour jouer le titre à l'avenir"

partages
commentaires
Palmer - "Renault a le potentiel pour jouer le titre à l'avenir"
Par :
12 févr. 2017 à 19:30

Après avoir fait ses débuts en Formule 1 au sein de l'équipe Renault en 2016, Jolyon Palmer voit son avenir en jaune et espère gravir les échelons de la hiérarchie mondiale avec le team.

Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Bob Bell, Directeur Technique Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S16

Certes, la première campagne a été difficile au volant d'une R.S.16 peu véloce, si bien que Jolyon Palmer n'a marqué qu'un point l'an dernier. Cependant, ce manque de compétitivité était prévisible après le rachat d'une écurie Lotus en grande difficulté financière.

Dans l'optique d'un projet à long terme, Renault visait le podium sur trois ans, et Palmer a bien l'intention de prolonger son association avec le Losange suffisamment longtemps pour atteindre cet objectif, voire même atteindre des sommets plus élevés.

"C'est ce que je voulais au début de l'année, rester chez Renault en 2017 et assurer la neuvième place du championnat des constructeurs", déclare le Britannique pour Autosport. "Cette équipe a le potentiel pour jouer la victoire et le titre à l'avenir, donc c'est une opportunité pour moi."

"Il faut juste que je continue à faire mes preuves pour que l'équipe continue à me faire confiance. Alors, je serai en très bonne position pour accomplir ce que je veux accomplir en F1."

Des progrès notables

Certains ne manqueront pas de souligner que Jolyon Palmer n'a marqué qu'un petit point l'an dernier, contre sept pour son coéquipier Kevin Magnussen. Cependant, ses progrès ont été notables, notamment en qualifications, où il a infligé un 4-0 à son coéquipier en fin de saison. C'est d'ailleurs assez tard, en Malaisie, que le pilote Renault a signé son unique top 10 de l'année en course.

"Je ne sais pas s'il lui a fallu un moment pour s'habituer à la Formule 1 en tant que titulaire, aux voitures et à sa voiture en particulier, et à la façon d'en tirer le meilleur", se demande Bob Bell, directeur technique chez Renault, pour Autosport. "Je ne sais pas s'il était question d'apprentissage pour lui. C'est très possible, mais dans tous les cas, il a montré une vraie progression. C'est l'important, quelle que soit la raison."

"Je ne pense pas qu'il ait fini, il va continuer à progresser. Il va apprendre de quelqu'un comme Nico, c'est un autre facteur important. Il est prêt à apprendre, ce qui est bien. Il est ouvert d'esprit et prend constamment de l'envergure. S'il continue à se développer comme il le faisait en deuxième moitié de saison, alors qu'il sera performant."

L'Histoire a montré que Palmer n'était jamais au maximum de son potentiel lors de sa première saison dans un championnat. En Formule 2, par exemple, l'Anglais était 21e du classement général pour sa première saison avant d'être vice-champion l'année suivante. En GP2, Palmer a conclu sa campagne inaugurale sans le moindre point au compteur, mais a dominé le championnat pour sa quatrième saison. De bon augure pour son avenir en catégorie reine ?

Article suivant
Magnussen s'attend à un DRS plus efficace en 2017

Article précédent

Magnussen s'attend à un DRS plus efficace en 2017

Article suivant

Lauda - Il n'y aura pas de bluff à Barcelone

Lauda - Il n'y aura pas de bluff à Barcelone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Auteur Benjamin Vinel