Formule 1 GP de Miami

Palmiers, pluie et iguanes : la F1 face aux défis de Miami

L'Autodrome International de Miami, qui accueille son premier Grand Prix de F1 ce week-end, a pris des précautions contre les risques naturels présents dans le sud de la Floride.

Le Hard Rock Stadium

En raison de sa localisation autour du Hard Rock Stadium de Miami Gardens, le circuit qui accueille son premier Grand Prix ce week-end a dû s'adapter à son environnement. Au cœur de ce haut lieu du sport dans la capitale floridienne, les concepteurs du circuit ont dû s'adapter selon un planning chargé.

L'Open de Miami (tournoi de tennis se tenant au même endroit) a nécessité qu'un tronçon allant du virage 3 au virage 5 soit recouvert d'Astroturf pour éviter tout dommage potentiel de la part des spectateurs. Des couvertures de protection en plastique ont été positionnées sur la piste pour les livraisons par les camions dans les hospitalités, puisque les courts étaient situés dans différentes zones autour de la piste.

Mais si le tournoi s'est terminé le 3 avril, permettant à l'équipe d'Apex, en charge de la construction de circuit, de retrouver un accès complet au site, ils ont dû composer avec un élément cette fois permanent, l'environnement. Le propriétaire du stade, Stephen Ross, magnat de l'immobilier et patron des Miami Dolphins (l'équipe évoluant en NFL, la ligue de football américain), est très attentif à la façon dont son stade s'intègre dans le cadre qui l'entoure.

"M. Ross, aime la verdure et il aime son aménagement paysager", déclare le directeur de projet d'Apex, Sam Worthy. "De gros efforts ont été faits autour du stade pour avoir autant de verdure que possible, surtout lorsqu'il s'agit d'arbres anciens. Ainsi, pour tous ceux qui surplombent naturellement notre piste, nous avons essayé de garder autant de branches en place et de conserver l'épaisseur du feuillage."

"C'est certainement très joli ; peu de circuits ont quelque chose comme ça, et nous en avons discuté avec la FIA, qui est venue ici à trois reprises. Ils sont également satisfaits de voir ça. L'un des défis a été d'adapter physiquement le grillage autour des arbres, et en même temps d'avoir des procédures pour s'assurer qu'il n'y a pas de branches détachées qui pourraient tomber."

Le circuit de Miami

Le circuit de Miami

La plupart des arbres en question se trouvent sur le tronçon arrière, entre les virages 16 et 17, où les monoplaces atteindront les 320 km/h. Parallèlement à cette ligne droite de 1,2 km se trouve un cours d'eau appelé Snake Creek, qui s'étend jusqu'au lac Maule à North Miami Beach. Partout où vous verrez de l'eau dans cette zone, vous trouverez probablement des iguanes sauvages qui peuvent atteindre 1,80 m de long et peser plus de 10 kg.

"Nous ne voulons certainement pas qu'un iguane géant tombe sur l'un des pilotes, ce serait problématique !" ajoute Worthy. "Quand il fait froid ici, ils peuvent tomber des arbres parce qu'ils ont le sang froid et s'endorment. Ce ne sera pas un problème en mai, mais ils peuvent toujours grimper aux arbres et sauter ou ramper sur la piste. Nous avons mis en place des procédures pour que les commissaires passent par les ouvertures [dans les murs en béton] pour s'assurer qu'aucun animal ne se cache là ou dans les arbres. C'est une chose assez unique à laquelle il faut faire face !"

"Il y a aussi des oiseaux aquatiques et des canards, et quelques serpents. Mais les iguanes sont le plus gros problème pour nous. Les commissaires seront donc munis de filets pour les iguanes, et l'objectif sera de les capturer puis de les relâcher quelque part loin de la piste."

La proximité de l'océan pourrait provoquer des problèmes

La proximité de l'océan pourrait provoquer des problèmes

Alors que les iguanes sont une espèce envahissante en Floride, les phénomènes naturels locaux comprennent des orages qui ont tendance à devenir plus fréquents à mesure que l'été approche. Ces gros orages peuvent entraîner des inondations soudaines, et Apex a donc travaillé avec les meilleurs spécialistes du secteur pour faire face à cette menace, étant donné que la piste se trouve à quelques kilomètres de la mer et que la nappe phréatique est extrêmement haute.

"Vous ne verrez pas nos drains sur une autre piste", explique Worthy. "Nous avons travaillé avec [les spécialistes des drains] ACO pour les concevoir pour ce circuit de Miami. Comme nous sommes si proches de la nappe phréatique, nous avons besoin de tout ce qui est aussi peu profond que possible pour pouvoir déplacer efficacement l'eau de plus en plus loin."

"Un drain à fente traditionnel est trop profond, alors que ceux-là acheminent l'eau dans les tuyaux de drainage à partir d'un point beaucoup plus élevé que d'habitude, ce qui nous permet de courir sur de plus longues distances. Le système de drainage est très efficace sur l'ensemble du site [y compris les vastes réservoirs de stockage situés sous le stade]. Les solutions d'ACO que nous avons développées conjointement fonctionnent bien avec les vibreurs, et elles sont également très esthétiques."

Les météorologues prévoient un risque de pluie de 41 % pour la course, avec une augmentation après le départ, qui sera donné à 15h30 (21h30 en France).

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Quel est le véritable niveau de McLaren en 2022 ?
Article suivant Malgré les moqueries, le GP de Miami défend sa marina

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France