Panis : Pas simple de trouver les réglages à Montréal

Le tracé Gilles Villeneuve, à Montréal, est un nouveau circuit atypique, ouvert à la circulation publique durant l’année

Le tracé Gilles Villeneuve, à Montréal, est un nouveau circuit atypique, ouvert à la circulation publique durant l’année. Niché au cœur d’un parc verdoyant, il recèle de nombreux pièges et peut se transformer en un vrai juge de paix au moment de tenter un dépassement ou en cas de précipitations, comme l’an dernier. En début de weekend, le manque d’adhérence est flagrant, comme le rappelle Olivier Panis à ToileF1.

C'est un circuit très glissant, surtout la première journée, le vendredi, car ce n'est pas un circuit permanent, c'est souvent très, très glissant”.

Les glissades des monoplaces ont un impact direct sur l’usure des pneus, qui doivent procurer une importante traction, les équipes faisant le choix de privilégier la vitesse de pointe dans les deux lignes droites du tracé.

C'est un circuit où il faut rouler avec peu d'aéro et trouver un bon équilibre mécanique, pour l'élan”, détaille Panis. “Ce n'est pas simple, il est technique au niveau du set-up, qui n'est pas si évident que l'on pense. Il faut une bonne stabilité au freinage, avec un bon grip mécanique, et essayer de rouler le moins chargé possible, parce que les lignes droites sont très, très importantes. Maintenant il y a le DRS, donc ça les aide à rouler un peu plus chargés que nous auparavant. Il faut trouver un bon équilibre aéro-mécanique, et ce n'est pas toujours simple”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Olivier Panis , Gilles Villeneuve
Type d'article Actualités