Réactions
Formule 1 GP du Canada

Le pari de Haas : une bonne stratégie qui n'a duré que quelques tours

Après avoir fait le pari de prendre le départ en pneus pluie, les deux Haas ont effectué une remontée fulgurante qui n'a cependant tenu que quelques tours. L'écurie américaine s'est ensuite emmêlée les pinceaux dans la gestion de la course.

Partis 17e et 14e sur la grille et finalement 11e et 12e sous le drapeau à damier, les deux Haas ont fait le show en début de course au Grand Prix du Canada. Alors que tout le peloton avait choisi de partir en intermédiaires, l'écurie américaine a fait le choix de faire partir ses pilotes Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen en pneus full wet. Un pari risqué au vu des performances controversées de ces gommes et de la météo imprévisible de Montréal, mais qui a payé, en tout cas pour un certain temps.

Dès le départ, les pneus à flancs bleus se sont révélés être la bonne solution sur une piste trempée. Les deux Haas ont donc remonté le peloton à vive allure. Au troisième tour, Magnussen se retrouvait déjà dans les échappements d'Oscar Piastri, quatrième, et Hülkenberg dans ceux de Lewis Hamilton, sixième.

Toutefois, la pluie a cessé et la piste s'est mise à sécher très rapidement, rendant les pneus full wet obsolètes et freinant ainsi les deux pilotes Haas. Au cinquième tour, Magnussen est rentré au stand pour enfiler des intermédiaires, cependant l'équipe n'était pas prête à accueillir le Danois, ce qui lui a fait perdre une bonne partie de son avance puisqu'il est ressorti 13e. Idem pour Hülkenberg, deux tours plus tard, celui-ci ressortant plus loin dans le peloton.

Lire aussi :

Pour Magnussen, la stratégie de début de course était la bonne, mais l'arrêt au stand anticipé et bien trop long semble avoir ruiné une bonne opportunité à ses yeux. "Ça se présentait bien. Nous avons fait le bon choix pour les pneus pluie, mais je pense que nous sommes rentrés au stand trop tôt", a expliqué le pilote de 31 ans après la course.

"En effet, nous avons dû reprendre un autre inter [plus tard dans la course], nous aurions pu garder le pneu full wet plus longtemps, puis enfiler [un seul train] d'inter et les garder [jusqu'aux pneus slicks]. En plus, nous avons eu un arrêt au stand très long, ce qui nous a fait perdre beaucoup de temps. Nous avions des opportunités, mais nous n'avons rien pu en tirer."

"Je pense que nous avons simplement fait ce qui nous semblait juste. Nous n'avons pas essayé de prendre un pari fou ou quoi que ce soit d'autre. Nous avons juste fait ce que nous pensions être approprié pour les conditions. Et ça s'est bien passé, donc je pense que nous avons fait ce qu'il fallait pour commencer, mais nous n'avons pas pris les bonnes décisions par la suite. En tout cas, nous avons essayé."

Nico Hülkenberg à l'affut derrière Lewis Hamilton en début de course.

Nico Hülkenberg à l'affut derrière Lewis Hamilton en début de course.

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

De son côté, Nico Hülkenberg a eu plus de mal tout au long du week-end, malgré sa position finale sur la grille devant son coéquipier. Avec un début de course flamboyant grâce à ses pneus full wet, l'Allemand a lui aussi perdu toute son avance à cause d'un arrêt mal calculé.

"Il s'est passé beaucoup de choses pendant la course, des hauts et des bas constants", a déclaré Hülkenberg au micro de Sky Germany. "Pendant les dix premiers tours, bien sûr, la décision de chausser les pneus full wet s'est avérée judicieuse. Cela a bien fonctionné. Mais lorsque la piste s'est asséchée, nous avons perdu tout ce que nous avions gagné et je suis tombé P19. Je pense que c'était un mauvais timing avec la première voiture de sécurité. Ce n'était pas idéal pour nous."

Lire aussi :

Qualifié seulement 19e et partant deux places plus haut avec le départ des deux Stake F1 de la voie des stands, Hülkenberg a expliqué que "quelque chose n'allait pas" avec sa monoplace. Il a donc dû changer plusieurs parties de sa VF24 avant les qualifications, devenu bien plus instable qu'avant, ce qui l'a handicapé pendant le reste du week-end. Il estime qu'une meilleure qualification aurait évidemment permis un meilleur résultat.

"Quelque chose n'allait pas ce week-end", a-t-il ajouté. "Mais comme nous n'avons pas pu rouler le vendredi, nous n'avons pas pu déterminer ce que c'était. Samedi matin, après les essais, les ingénieurs ont constaté que quelque chose n'allait pas avec mon plancher et mon aileron. Nous avons donc changé l'aileron arrière pour les qualifications. Mais la voiture et l'essieu avant n'étaient pas comme d'habitude donc je me suis un peu battu à armes inégales aujourd'hui."

"J'ai tiré le meilleur parti de la situation, mais c'est aussi une occasion manquée quelque part. Car si on s'était mieux qualifiés, on aurait certainement fini dans les points aujourd'hui. Donc deux fois pas de chance ! J'espère que les choses iront mieux à Barcelone."

Propos recueillis par Norman Fischer, Oleg Karpov et Jake Boxall-Legge

VIDÉO - Le résumé du GP du Canada

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le 1er podium de Mercedes "pas une surprise" pour Russell
Article suivant Sainz : Le Grand Prix du Canada était "un accident" pour Ferrari

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France