Maldonado pensait rejoindre Ferrari en 2014

Quatre ans après avoir quitté la Formule 1, Pastor Maldonado fait le bilan et affirme être passé à deux doigts de signer chez Ferrari pour la saison 2014.

Maldonado pensait rejoindre Ferrari en 2014

Pastor Maldonado avait disputé ses trois premières campagnes en Formule 1 chez Williams de 2011 à 2013, avec l'appui de PDVSA, qui le sponsorisait avec un budget sans précédent : l'apport du pétrolier d'État vénézuélien se chiffrait à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Lors de ces trois saisons, Maldonado a fait ses gammes, a remporté une étonnante victoire au Grand Prix d'Espagne 2012, mais a durement subi le manque de compétitivité de Williams en 2011 et 2013, deux années où il n'a marqué qu'un seul point. Pire encore, au Grand Prix des États-Unis 2013, il a accusé son équipe d'avoir saboté sa monoplace ! "Nous nous attendions à avoir la meilleure voiture de l'Histoire de Williams, et nous avons eu la pire", lâche l'intéressé dans le podcast Beyond The Grid.

Lire aussi :

Maldonado s'est alors efforcé de se libérer d'un contrat qui courait jusqu'en 2015 et révèle avoir tenu des discussions avec la Scuderia Ferrari, qui a toutefois fait signer le Champion du monde 2007, Kimi Räikkönen. Le Vénézuélien est pourtant convaincu qu'il jouissait d'une cote remarquable au sein du paddock…

"J'étais le seul, j'étais le nouveau en F1", se souvient-il. "C'est comme Verstappen en ce moment, comme Robert Kubica à l'époque. J'étais au centre de l'attention. Les gens venaient me voir, étaient contents de discuter avec moi et étaient contents de parler de moi."

Pastor Maldonado, Williams FW33

"Ce qui n'était pas clair, c'était la relation avec les sponsors [la firme pétrolière vénézuélienne PDVSA, ndlr], bien sûr. Il y avait de nombreux conflits d'intérêt avec les sponsors, et nous négociions à ce sujet. Mes sponsors étaient ouverts au fait de ne peut-être pas être sur la voiture, ou bien l'être avec une autre entreprise, ils étaient ouverts pour trouver une solution à ma carrière."

"À un moment, nous étions très proches de Ferrari. Je m'attendais à rejoindre l'équipe. C'était mon moment, je gagnais en maturité. C'était le moment d'avoir une seconde chance, au lieu de me battre pour tenter de prouver [mon talent] tous les jours, car c'était impossible."

Il semble que la restructuration de la Scuderia, avec le départ du directeur d'équipe Stefano Domenicali et du président Luca di Montezemolo, se soit avérée fatale aux espoirs de Maldonado. "Nous avons perdu les contacts et la communication, et nous nous sommes concentrés sur autre chose", poursuit-il. "Je ne suis jamais allé à Maranello, mais nous avons eu quelques réunions au circuit. J'ai rencontré Domenicali quelques fois, ainsi que Montezemolo."

Lire aussi :

Maldonado a finalement rejoint l'écurie Lotus, décision qui s'est avérée catastrophique : la structure d'Enstone, qui avait marqué plus de 300 points en 2012 et en 2013, a dégringolé dans la hiérarchie au début de l'ère hybride, et Maldonado n'a inscrit que deux unités en 2014. Dans le même temps, Williams s'est propulsé du fond de grille aux avant-postes, avec une pole position et pas moins de neuf podiums cette année-là. Il a finalement quitté la Formule 1 au terme de la saison 2015.

Le pilote de 34 ans se déclare néanmoins satisfait de sa carrière en Formule 1, "non seulement parce que j'ai eu cette opportunité, mais parce que je suis content de tout ce que j'ai accompli dans ma carrière". Mais quand il lui est demandé ce qu'il aurait pu accomplir de plus, il répond : "Bien davantage. Quand on voit certains pilotes en F1, on se dit : 'Oh mon dieu, je peux faire mieux que ça'. Même maintenant. Mais peut-être que mon heure est passée."

partages
commentaires
Honda vise des progrès en qualifications avec son évolution
Article précédent

Honda vise des progrès en qualifications avec son évolution

Article suivant

Pénalités sur la grille : la F1 cherche un système plus rationnel

Pénalités sur la grille : la F1 cherche un système plus rationnel
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021