Pat Symonds: Schumacher, un pilote d'exception (4/6)

Il n'est pas juste de jeter tout le blâme de l'échec de Schumacher sur l'équipe Mercedes

Il n'est pas juste de jeter tout le blâme de l'échec de Schumacher sur l'équipe Mercedes. Une pause de 3 ans dans un sport qui se développe si rapidement que la F1 équivaut à une décennie dans une autre discipline. Le Michael qui est revenu n'était peut-être pas le même que celui qui avait quitté le paddock de Sao Paulo quelques années plus tôt. Quoi qu'il en soit, son état physique était parfait et, à 41 ans, il était probablement en meilleure forme que la plupart de ses rivaux, pourtant plus jeunes.

Les règles en trois ans avaient beaucoup changé, mais sa capacité d'adaptation demeure l'un de ses points forts. "Je me souviens bien de nos jours ensemble, la façon dont il se battait le vendredi et le samedi pour extraire chaque dernier gramme de performance de la voiture", relate Symonds. "Et ensuite, le dimanche, comme Michael avait pour habitude d'utiliser le matin la session de warm-up pour adapter sa conduite à la voiture que je lui avait donnée."

Il faut remarquer que Schumacher a toujours été en mesure de détruire ses coéquipiers. Mais le jeune Rosberg était quant à lui capable de le battre en qualifications ainsi qu'en course. Les pneus Pirelli n'étaient pas faits pour le favoriser et le fait que la course soit dictée par les performances d'un pneu était mauvais pour Michael. Dans le passé, il a toujours fait ses preuves en tant que bon pilote dans toutes les conditions, y compris en endurance. "Beaucoup de pilotes ne pouvaient sortir qu'on seul bon tour lors des qualifications", explique Pat Symonds. "Mais Michael était capable de tenir un bon rythme pendant autant de tours que nécessaire, pour ainsi sceller l'issue d'une course."

Mais d'après Pat Symonds, le plus inquiétant dans la seconde carrière de Michael Schumacher, ce sont ses fréquentes erreurs de jugement. Celles-ci lui ont coûté très cher, et pas seulement à Monaco cette année. En fait, ce week-end résume bien l'histoire de son retour. Sa pole brillante l'aurait facilement amené à une victoire tout aussi brillante. Mais au lieu de cela, après s'être qualifié avec un dixième d'avance sur tous ses adversaires, il a dû s'élancer de la cinquième position, suite à une pénalité pour un accident totalement inutile qui avait eu lieu lors de la course précédente en Espagne, où il avait harponné l'arrière de la Williams de Bruno Senna. "Ce qui aurait dû être un moment fort de son retour s'est alors transformé en une course banale", affirme l'ingénieur. "Tout ce talent et ce potentiel gaspillé à cause de son manque de fiabilité et d'incidents inutiles."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Bruno Senna
Équipes Mercedes , Williams
Type d'article Actualités