Le "patin à glace" de Red Bull, remède contre le marsouinage ?

Pour la nouvelle génération de monoplaces, l'un des principaux facteurs de performance est l'aérodynamique sous le plancher, une zone cachée.

La mini jupe de la Red Bull Racing RB18

Photo de: Giorgio Piola

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Éminent expert technique de Formule 1, Giorgio Piola suit les Grands Prix depuis les années 1960. Sur Motorsport.com, ses analyses et illustrations se penchent sur toutes les nouveautés aperçues en F1 au fil des Grands Prix.

Avec la mise en place d'un nouveau Règlement Technique en Formule 1 cette saison, le look des monoplaces et leur manière de générer de l'appui ont changé. La question des pontons a notamment fait débat dans le paddock puisque les interprétations des équipes ont été différentes, Mercedes ayant fait le choix de s'en passer et Aston Martin les ayant étirés et rallongés au maximum.

Et il semble qu'il y ait également des approches variées pour le plancher. Le phénomène de marsouinage reste un vrai casse-tête pour la grille et le plancher y joue un rôle important. Au Grand Prix d'Émilie-Romagne, un concept utilisé par Red Bull a intrigué : le dessous du plancher de la RB18 comportait une arête métallique en forme de patin à glace, trouée, et située à l'arrière.

Gros plan sur le plancher de la Red Bull RB18

Gros plan sur le plancher de la Red Bull RB18

Concernant le rôle de la pièce, l'hypothèse la plus évidente est qu'elle empêcherait la flexion du plancher et donc le déclenchement précoce du marsouinage. Cela pourrait être réalisé de deux manières : d'abord en augmentant la rigidité de cette partie du plancher, puis en agissant comme un patin empêchant le plancher de fléchir davantage une fois qu'il est en contact avec le sol. Cela expliquerait pourquoi la pièce est en métal plutôt qu'en carbone, afin de ne pas s'user trop rapidement.

Il est intéressant de noter que, contrairement à la plupart des équipes de la grille, Red Bull n'a pas ajouté de renforts métalliques sur la surface supérieure du plancher, ce qui laisse penser que le taureau rouge n'est pas inquiété par une flexion à cet endroit.

Si cela ne veut pas dire que les renforts ne seront pas utilisés de la saison, il est clair que l'équipe n'en a pas besoin actuellement pour gagner en performance. Comme nous l'avons vu chez Alpine, qui a introduit un nouveau plancher à Imola, la présence d'un renfort peut faire perdre du poids, car cela permet d'alléger un plancher précédemment renforcé.

Lire aussi :

Pour en revenir au patin à glace de Red Bull, son inclusion présente également certains avantages sur le plan aérodynamique. Non seulement la pièce est alignée avec la chute du bord du plancher mais elle également courbée à l'extrémité arrière, ce qui crée un vortex. Précisons que les trous présents sur le patin peuvent être considéré comme significatif d'un point de vue aérodynamique.

En étudiant l'image ci-dessus, et remercions les mécaniciens de Red Bull pour avoir mis la pièce en évidence dans le garage, il est intéressant de noter quelques autres caractéristiques du plancher de la RB18, comme le morceau de métal sur la découpe du bord, afin de limiter sa flexion, la forme de la coque au centre, la courbure vers l'extérieur sur la section avant, ou encore l'escalier sur la "queue de bateau" au moment de rejoindre le diffuseur. C'est un type de design que l'on peut associer au domaine nautique, ce qui tranche avec l'habituelle association entre F1 et aérospatiale.

Pour l'heure, Red Bull n'a pas encore poussé l'attaque du diffuseur vers l'avant, comme le règlement le permet, alors que certaines équipes ont d'ores et déjà augmenté le volume de l'élément d'un point de vue vertical. Au lieu de cela, Red Bull a opté pour une transition verticale plus graduelle, ce qui pourrait l'aider compte tenu des effets du marsouinage.

Ferrari F1-75 bottom view
Ferrari F1-75 and McLaren MCL36 floor comparison

Ferrari a vu les choses différemment en optant pour une forme de coque et d'arêtes beaucoup plus douce. L'ailette que l'on voit ci-dessus (en médaillon à gauche) a été introduite au début de la saison, la Scuderia a ensuite testé au GP d'Australie un nouveau plancher, toutefois, comme elle n'avait qu'un seul exemplaire à disposition, elle a choisi de s'en passer pour le reste du week-end, même chose à Imola.

Le nouvel élément compte un bord révisé, s'éloignant de l'ailette de style McLaren du début de saison. Mais, ce qui est peut-être plus important, c'est qu'une arête sous le plancher, similaire à celle de Red Bull, a été installée. Les deux configurations de plancher ont été testés lors des derniers essais pneumatiques de Pirelli, dans lesquels des F1 actuelles peuvent désormais être alignées.

Carlos Sainz, Ferrari F1-75, floor detail
Carlos Sainz, Ferrari F1-75, floor detail

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Photos - La F1 prend ses quartiers à Miami !
Article suivant Bijoux et vêtements ignifugés : la FIA serre encore la vis

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France