Pénalités : Horner craint "l'équivalent des footballeurs qui plongent"

Les pénalités qui ont émaillé le Grand Prix d'Autriche inquiètent Christian Horner, qui redoute un changement de comportement des pilotes pour les provoquer.

Pénalités : Horner craint "l'équivalent des footballeurs qui plongent"

Le Grand Prix d'Autriche a été mouvementé pour la direction de course et les commissaires sportifs, qui ont statué sur plusieurs incidents. Parmi eux, les duels en piste entre Lando Norris et Sergio Pérez, puis entre le même Pérez et Charles Leclerc, sont ceux qui ont le plus fait parler. À chaque fois, ils ont abouti sur une sanction qui a divisé les opinions et les points de vue.

Le premier acte s'est déroulé en tout début de course, lorsque Pérez a tenté de faire l'extérieur à Norris au virage 4 avant d'être contraint de passer dans le bac à gravier. Après enquête, les commissaires ont estimé que le Britannique avait poussé son adversaire hors piste et lui ont infligé une pénalité de cinq secondes, qui lui a probablement coûté la deuxième place à l'arrivée.

En faisant le choix de sanctionner le pilote McLaren, les commissaires ont inévitablement créé un précédent pour la suite de l'épreuve. Ainsi, lorsque Pérez a défendu de la même manière face à Leclerc aux alentours de la mi-course, par deux fois, ils n'ont eu d'autre choix que de lui infliger deux pénalités de cinq secondes, maintenant une certaine cohérence dans leurs décisions.

Aux yeux de Christian Horner, cette approche présente toutefois un risque. Le directeur de Red Bull Racing estime d'ailleurs que Norris n'aurait pas dû être pénalisé après sa manœuvre sur son pilote, et il redoute l'apparition de comportements nouveaux qui verraient les pilotes se jeter à l'extérieur et contraindre un adversaire à les "pousser" hors de la piste pour ensuite obtenir une pénalité.

"On ne veut pas de l'équivalent des footballeurs qui plongent", avance Horner. "Nous devons éviter ça. Je sais que c'est incroyablement difficile, car nous en parlons très souvent, et c'est difficile pour le directeur de course. Mais j'ai eu le sentiment que les incidents que nous avons vus auraient pu être davantage liés à des incidents de course qu'à des incidents méritant des pénalités."

"L'incident entre Checo et Lando, c'est la course. On va à l'extérieur, on prend le risque, particulièrement quand on n'est pas en position d'être devant. Mais je crois que la FIA, après avoir donné cette [première] pénalité, ne pouvait pas ne pas en donner pour quelque chose de très similaire avec Charles. Ces pilotes ont roulé en karting quand ils étaient gamins et ils savent que si l'on va à l'extérieur, on prend un risque, particulièrement si l'on n'est pas devant. Alors oui, je pense que les pénalités étaient un peu sévères et qu'elles vont en quelque sorte à l'encontre de la doctrine 'Laissez-les courir' que nous avons défendue ces dernières années."

Lire aussi :

Un risque à assumer donc, et surtout pas reproché à Pérez, qui tentait dans les premiers tours de s'emparer de la deuxième place face à Norris. Selon son équipe, le Mexicain n'a pas fait preuve d'impatience et savait forcément qu'il devait tenter quelque chose assez vite car prendre le dessus ultérieurement se serait avéré compliqué.

"Il savait que ce serait très dur de doubler Lando, car il était très rapide en ligne droite", souligne Horner. "Il a essayé de faire un dépassement rapidement, et évidemment c'est dommage d'avoir perdu celui qui faisait tampon avec Mercedes à ce stade. Il a ensuite écopé de deux pénalités face à Charles. Mais une fois qu'il a réussi à doubler Daniel [Ricciardo] et qu'il avait la piste libre, il a incroyablement bien piloté."

Chez McLaren, malgré son quatrième podium décroché en Formule 1, Lando Norris n'a pas masqué sa frustration devant la pénalité dont il a écopé. Il semble donc que tous les acteurs partagent le même point de vue sur la sévérité des sanctions, comme le confirme Andreas Seidl, directeur de l'écurie de Woking.

"Je suis également en désaccord avec la pénalité", explique l'Allemand. "C'est au début de la course et, pour reprendre les mots de Michael Masi, on apprend dès le karting que si l'on y va là, on finit dans le gravier. Les voitures étaient côte à côte, je ne crois pas que ça mérite une pénalité. Mais concentrons-nous sur les points positifs : c'étaient une course et un week-end sensationnels pour Lando, ainsi qu'une remontée sensationnelle de Daniel [Ricciardo]."

partages
commentaires
Un "malentendu" entre Vettel et Räikkönen, Aston Martin bredouille
Article précédent

Un "malentendu" entre Vettel et Räikkönen, Aston Martin bredouille

Article suivant

Les notes du Grand Prix d'Autriche 2021

Les notes du Grand Prix d'Autriche 2021
Charger les commentaires
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021