Pérez espère une prolongation qui se fera "naturellement"

Sergio Pérez espère ne pas se retrouver dans une longue période d'incertitude quant à son avenir chez Red Bull.

Pérez espère une prolongation qui se fera "naturellement"

De plus en plus à l'aise chez Red Bull Racing, Sergio Pérez n'y a toutefois encore aucune garantie à ce jour. Recruté pour prendre la relève d'un Alexander Albon jugé trop tendre, le Mexicain remplit la mission qui lui est confiée après un temps d'adaptation finalement assez rapide. Il répond ainsi présent derrière son chef de file qu'est Max Verstappen, récoltant même les lauriers de la victoire lorsque le sort frappe le Néerlandais, à l'image de ce qui s'est produit lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan.

Pour autant, le contrat de Pérez chez Red Bull n'est que d'une année, et les discussions pour éventuellement le prolonger ne devraient pas débuter avant le milieu de l'été si l'on en croit Helmut Marko, qui a renvoyé à plus tard la situation des pilotes pour 2022, aussi bien chez RBR que chez AlphaTauri.

Lire aussi :

Enfin dans un top team, Pérez sait donc qu'il n'est maître de rien. Et celui qui a vu son contrat longue durée être mis à la corbeille l'an dernier par Aston Martin afin de faire place nette pour Sebastian Vettel n'a pas vraiment envie de repasser par une si grande incertitude. Aussi il espère que les discussions avec Red Bull débuteront tout de même bientôt, et que tout se fera le plus "naturellement" du monde.

"Actuellement, nous sommes très occupés avec les Grands Prix, il y en a trois de suite, mais il y aura des temps morts lors desquels nous pourrons en parler", a-t-il confié ce jeudi dans le paddock de Spielberg, en marge du Grand Prix de Styrie. "Espérons que cela ne prenne pas trop de temps, car je n'ai pas une bonne expérience des fois où ça a pris du temps. Mais je vois ça comme quelque chose de naturel. Une fois que l'on est à l'aise dans une équipe, que l'on travaille avec elle et que l'équipe travaille avec vous, c'est quelque chose qui devrait naturellement se faire en douceur."

Il est certain que j'aimerais que ça continue. C'est un grand coéquipier. 

Max Verstappen 

Sergio Pérez a joué la semaine dernière un rôle important dans la victoire de Max Verstappen au Grand Prix de France, puisqu'il était sur une stratégie alternative et a permis à Red Bull de piéger Mercedes, rôle dans lequel il est prioritairement attendu. L'entente entre les deux pilotes ne fait également aucun doute à ce jour. Par exemple, le Mexicain s'est effacé sans sourciller au Paul Ricard, et le Néerlandais apprécie plus globalement cette collaboration fructueuse.

"Tout se passe vraiment bien", souligne Verstappen. "Je connaissais bien sûr Checo avant, mais pas comme coéquipier. Donc c'est toujours un peu différent. Jusqu'à présent, ça a été génial de pouvoir travailler ensemble aux avant-postes, de décrocher les meilleurs résultats pour l'équipe, c'est ce que l'on veut. Il est certain que j'aimerais que ça continue. C'est un grand coéquipier.

Troisième du championnat, Sergio Pérez a déjà inscrit 84 points en sept Grands Prix, quand Alexander Albon en avait empoché 105 sur une saison de 17 manches en 2020. La progression de Red Bull avec sa monoplace n'y est évidemment pas étrangère non plus, et Verstappen en est le premier convaincu.

"Avant, nous n'avions pas la voiture pour nous battre contre eux [Mercedes], donc on ne pouvait pas faire ce que l'on voulait", rappelle-t-il. "Il aurait pu y avoir trois arrêts, les pneus arrière à l'avant, ça n'aurait rien changé. Désormais, nous avons vraiment la voiture pour nous battre avec eux, et c'est super important d'être là avec deux voitures. C'est exactement ce que nous avons fait à Bakou et au Paul Ricard. Ce sera aussi déterminant pour le championnat constructeurs de continuer comme ça jusqu'à la fin de l'année."

partages
commentaires
Les négociations ont commencé entre Hamilton et Mercedes

Article précédent

Les négociations ont commencé entre Hamilton et Mercedes

Article suivant

Pourquoi la F1 doit abolir le point du meilleur tour

Pourquoi la F1 doit abolir le point du meilleur tour
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021