Pérez s'est construit un écart inhabituel avec Ocon

Sergio Pérez s'est donné quelques places d'air sur la grille de départ du Grand Prix du Brésil par rapport à son équipier Esteban Ocon, et peut espérer une course d'attaque vers l'avant.

Pérez s'est construit un écart inhabituel avec Ocon
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10
Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10 et Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Charger le lecteur audio

Sixième temps en qualifications à un peu plus de deux dixièmes de la Red Bull de Daniel Ricciardo, Sergio Pérez prendra le départ du GP du Brésil depuis la cinquième position de la grille à la faveur d’une pénalité moteur subie par le pilote australien.

Satisfait de cette position, Pérez n’aura peut-être pas à batailler roue contres roue avec son équipier Esteban Ocon, cette fois : le Français ne s’élance en effet "que" depuis le dixième rang, et le Mexicain disposera ainsi d’un bon bloc de protection avec ses poursuivants directs que sont Alonso (McLaren), Hülkenberg et Sainz (Renault) et Massa (Williams).

"Je pense que c'était le mieux que nous puissions faire aujourd'hui," commente Pérez au micro de Sky Sports. "Les Renault ont attaqué fort, Alonso aussi dans sa McLaren. Les écarts étaient très serrés ; il a commencé à pleuvoir et nous avons signé un très bon tour dans ces conditions. C'est une bonne séance qualificative pour nous."

Pas contre un peu de pluie

Pérez se verrait bien animer la course avec un petit coup de pouce des cieux. Sur le tracé d’Interlagos, quelques gouttes de pluie peuvent toujours apporter du sel intéressant pour un outsider.

"Espérons de la pluie, cela peut créer des opportunités. Dans l'ensemble, nous sommes en très bonne position. Nous pouvons [aussi] gérer notre course s'il fait chaud."

Après une première moitié de saison lors de laquelle Pérez s’est souvent frotté à Ocon en piste, Force India a mis en place un pacte de non-agression qui a permis au meilleur en qualifications de disposer d'une belle option pour devancer son équipier en fin de course. Au Brésil, Pérez tient ainsi la promesse de bons points en fin de course si celle-ci se déroule sans accrocs.

"Il n'y a pas de secret, la relation était très tendue il y a quelques courses, mais elle est désormais très bonne," commente Pérez, qui apprécie malgré tout l’émulation purement sportive créée par son jeune rival. "Esteban et moi travaillons très bien ensemble et nous poussons dans nos retranchements. Mais j'espère ne pas le voir dans mes rétroviseurs en début de course !"

Un scénario qui semble pour le moment difficile à envisager pour le Français, comme il le décrit au micro de Canal+ : "Pas une super journée, un week-end un peu plus difficile que d’habitude… On n’a pas exploité parfaitement ce qu’on avait en mains non plus. Si mes deux tours sont mis dans l’ordre, ça passe facilement, mais malheureusement ce n’était pas le cas aujourd’hui."

partages
commentaires
Massa gêné par Sainz : "Il l'a fait exprès"
Article précédent

Massa gêné par Sainz : "Il l'a fait exprès"

Article suivant

Magnussen : "Grosjean a tiré le meilleur de la voiture"

Magnussen : "Grosjean a tiré le meilleur de la voiture"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021