Pérez : Red Bull a "joué la sécurité" avec deux arrêts

En lutte avec Fernando Alonso pour la dernière place sur le podium, Sergio Pérez s'est incliné après que Red Bull a décidé d'effectuer un deuxième arrêt en réponse à la série de crevaisons.

Pérez : Red Bull a "joué la sécurité" avec deux arrêts

Une mauvaise performance en qualifications a vu Sergio Pérez être éliminé en Q2 et obligé de prendre le départ du Grand Prix du Qatar depuis la onzième place. Et sur un circuit de Losail où les dépassements étaient particulièrement difficiles en raison des perturbations aérodynamiques, le pilote Red Bull est parvenu à gagner sept positions en course, terminant ainsi quatrième.

Lire aussi :

Pérez occupait néanmoins la troisième place dans le dernier quart de l'épreuve, après avoir effectué son seul arrêt au programme. Mais le Mexicain a révélé que les crevaisons successives de Valtteri Bottas, Lando Norris, George Russell et Nicholas Latifi avaient "mis la puce à l'oreille" de Red Bull, qui a basculé sur une stratégie à deux arrêts plus conservatrice pour ses deux pilotes.

"Avec les explosions des pneus, nous avons joué la sécurité", a commenté Pérez à l'arrivée. "Nous pensions surtout à faire deux longs relais mais lorsque nous avons vu ce qui s'est passé avec les autres voitures, ça nous a inquiétés. Au final, je pense que nous n'avons pas pris tous les points qui étaient sur le table mais nous avons réussi à minimiser les pertes."

"Le plus gros problème, c'est que nous sommes ressortis dans le trafic [après le premier arrêt]. C'était très chargé. Il n'était pas facile de dépasser avec les pneus durs lors des premiers tours. Nous avons perdu beaucoup de temps et nous n'avons pas dépassé Alonso [lors de son arrêt]. Nous l'avons dépassé plus tard et nous nous étions engagés sur un seul arrêt, mais nous avons changé d'avis pour pouvoir être à l'arrivée."

En quittant les stands pour la seconde fois, à quinze tours de l'arrivée, Pérez devait éliminer quatre pilotes restés sur un arrêt pour retrouver sa troisième place. Sur ces quatre hommes, le pilote Red Bull n'en a doublé que trois, Fernando Alonso parvenant à se maintenir devant son adversaire grâce à l'intervention de la voiture de sécurité virtuelle en fin de course, ayant figé les écarts pendant deux tours.

Pérez n'est pourtant pas contrarié par la perte de la troisième place, le Mexicain est même ravi de voir le double Champion du monde décrocher son premier podium en sept ans ! "[La voiture de sécurité virtuelle] nous a privé [du podium] et je pense qu'elle a aidé Fernando à ne pas avoir une crevaison", a-t-il indiqué. "Mais s'il y a quelqu'un à qui je suis heureux de donner le podium, c'est bien Fernando. Je pense qu'il a fait une course fantastique, il mérite d'y être."

Les 12 points de la quatrième place de Pérez s'ajoutent aux 19 points de la deuxième place de son coéquipier Max Verstappen, auteur du meilleur tour. Red Bull reprend donc six points à Mercedes au championnat constructeurs. "Nous avons beaucoup à perdre et je pense à l'équipe", a affirmé Pérez. "Bien sûr, en tant que pilote, je veux être sur le podium mais c'est le championnat qui compte. Quatrième, c'est mieux que rien. J'ai fait de mon mieux, j'ai tout donné. C'était une course très intense."

Lire aussi :

partages
commentaires
Hamilton récupérera son nouveau moteur à Djeddah
Article précédent

Hamilton récupérera son nouveau moteur à Djeddah

Article suivant

Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course

Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021