Stroll signe la première Q3 de Williams en 2018

Le Canadien a réalisé une solide prestation au volant de sa Williams, en Italie.

Stroll signe la première Q3 de Williams en 2018
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams Martini Racing
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41, au stand
Esteban Ocon, Racing Point Force India F1 Team, Lance Stroll, Williams Racing
Lance Stroll, Williams FW41

Auteur d'une belle séance de qualifications et confirmant la compétitivité de sa Williams à moteur Mercedes-Benz sur le tracé de Monza constatée depuis le début du week-end, Lance Stroll s'est hissé en Q3 et obtenu le 10e chrono de la séance, lui permettant de s'élancer aux côtés de la Toro Rosso de Pierre Gasly au départ du Grand Prix d'Italie, dimanche.

Le jeune pilote canadien devance par ailleurs la Haas de Kevin Magnussen, demeurée en Q2, et la seconde Williams de son équipier Sergey Sirotkin.

Stroll, qui est au cœur de nombre d'intrigues de paddock en raison de ce qui apparaît comme un changement imminent de volant vers Force India ayant pour conséquence de créer un important jeu de chaises musicales sur le marché des transferts de pilotes, ne pouvait que constater avec une certaine incrédulité le niveau de performance atteint ce samedi.

"C'était une journée très simple. Je sais que nous ne nous y attendions pas : nous nous attendions à une séance plus difficile, mais la voiture était bonne et nous avons pu prendre une bonne aspiration tout au long des qualifications. Cela nous a aidés à passer en Q3. Il y a des jours comme ça où tout se passe bien", constatait-il avec humilité.

"Nous avons connu des temps difficiles quand on regarde les résultats, et ce n'était pas très plaisant dans le cockpit, mais je suis très content que ça ait fonctionné aujourd'hui."

Lire aussi:

Appelé à commenter au sujet des critiques de ceux qui voient dans son arrivée opportune chez Force India le symptôme d'une F1 pouvant mettre de supposés meilleurs pilotes – tels qu'Esteban Ocon – sur la touche grâce à des mécaniques extra-sportives, Stroll a une nouvelle fois expliqué se concentrer sur ce qu'il maîtrise directement, à savoir ses performances en piste.

"Je ne me bats pas pour ces raisons-là, je relève les défis et je ne suis pas là pour prouver à tout le monde ce dont je suis capable. Je suis vraiment content pour l'équipe, pour les gens qui travaillent pendant de longues heures tous les jours. Ça en vaut la peine. On verra ce que l'avenir me réserve, je profite du moment. J'espère une course passionnante demain, nous serons dans la bataille, et ça a été rare cette année !"

Lance Stroll occupe la 18e place du championnat, après n'avoir inscrit des points qu'en une occasion cette saison, lors de sa huitième place en Azerbaïdjan. Son équipier est le seul pilote du plateau 2018 à ne pas encore avoir ouvert son compteur de points avec une arrivée dans le top 10.

Lire aussi:

partages
commentaires
Räikkönen efface des tablettes le tour historique de Montoya
Article précédent

Räikkönen efface des tablettes le tour historique de Montoya

Article suivant

Gasly : "L'un de mes meilleurs tours de la saison"

Gasly : "L'un de mes meilleurs tours de la saison"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021