Petrov : "Je pensais que j'étais dans la merde"

Alors que Lotus Renault GP est en proie à des problèmes sur son KERS ce matin à Barcelone, Vitaly Petrov affirme qu’il lui est difficile de prévoir où la R31 se situe

Alors que Lotus Renault GP est en proie à des problèmes sur son KERS ce matin à Barcelone, Vitaly Petrov affirme qu’il lui est difficile de prévoir où la R31 se situe.

Le Russe estime que peu d’équipes ont testé avec peu d’essence mais que Red Bull Racing sera l’écurie à battre, une nouvelle fois. Pour le reste du peloton, il ne parvient pas à faire de pronostics.

"C’est difficile à dire parce que personne ne roule avec peu de carburant. Il est difficile de dire où nous sommes et où sont les autres équipes. Red Bull semble encore très forte, mais pour le reste, je ne sais pas," a-t-il déclaré.

Lors de ses premiers tours de roues au volant de la R31, Vitaly Petrov craignait que la nouvelle monoplace d’Enstone ne soit pas bonne. Toutefois, avec les nouveautés qui sont apparues au fur et à mesure, il est plus confiant.

"Au début de la première journée d’essais, je n’étais pas content de la voiture. Je pensais que j’étais dans la merde, parce que c’était vraiment difficile à piloter avec ces pneus. Si la voiture commence à perdre l’arrière, vous ne pouvez plus la contrôler car elle va si vite."

"Avec les Bridgestone, vous pouviez la contrôler, vous pouviez glisser, un peu comme en rallye vous voyez ? Mais avec ces pneus, si la voiture part, cela vient rapidement et c’est difficile à contrôler. Mais maintenant que nous avons beaucoup de nouvelles pièces aérodynamiques et beaucoup d’autres nouvelles choses, cela va de mieux en mieux. Je pense qu'après quelques Grands Prix, nous aurons d’autres nouveautés et ce sera encore mieux."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Vitaly Petrov
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités