Peu de grip et beaucoup de glissades au menu Québecois!

Jaime Alguersuari, pilote d'essais Pirelli, se souvient de sa course 2011 avec émotion

Jaime Alguersuari, pilote d'essais Pirelli, se souvient de sa course 2011 avec émotion. L'Espagnol n'aurait pas pu espérer un grand résultat en partant de la pitlane, mais un GP fou rééquilibra la donne...

Le Canada est un circuit fantastique et j’y ai fait une superbe course l’an dernier, partant de la pitlane et arrivant huitième!”, se souvent Alguersuari.

Les pneus subissent une grosse punition au Canada, les pilotes utilisant beaucoup les vibreurs pour adopter la meilleure trajectoire, particulièrement dans le dernier virage. L’impact des vibreurs sur les pneus se fait approximativement à 130 km/h à cet endroit.

Les pneus y sont absolument cruciaux”, abonde Alguersuari. “On y court avec de très faibles appuis pour obtenir une bonne vitesse de pointe dans les lignes droites, et il faut donc beaucoup plus de grip mécanique qu’aérodynamique. De ce fait, et en raison de la surface de la piste, je m’attends à voir beaucoup de glissades de toutes les voitures durant le weekend, ce qui accroît également l’usure des pneus”.

Le tracé canadien est très bosselé, comparativement à la plupart des circuits du calendrier F1. Cela rend la trouvaille de la traction encore plus difficile, et en fait l’un des plus grands défis du weekend. Les pneus arrière subissent les plus fortes tensions et les pilotes tentent d’éviter le patinage, principal facteur d’usure prématurée des pneus.

Montréal dispose d’une pitlane inhabituelle. Sa surface est dotée d’une section en asphalte et d’une autre en béton, chacune générant des types de frictions différents, modifiant ainsi également le dépôt de gomme sur la surface et l’adhérence à disposition.

La combinaison des supertendres et des tendres sera très appropriée pour Montréal : les températures y sont généralement assez basses et les niveaux d’adhérence sont également faibles. Prendre soin du train arrière est particulièrement important. Si l’on pilote comme il faut, on peut cependant trouver un avantage : il y a clairement de bonnes opportunités de dépassements à Montréal et je suis sûr que ce sera une course très excitante”, conclut le pilote d'essais de la firme italienne.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jaime Alguersuari
Type d'article Actualités