"Physiquement, ma grand-mère aurait pu piloter"

Michael Schumacher a lancé la fronde publique contre le niveau de dégradation des gommes Pirelli, qui n’ont selon lui pas été suffisamment endurantes dans la chaleur de Bahreïn

Michael Schumacher a lancé la fronde publique contre le niveau de dégradation des gommes Pirelli, qui n’ont selon lui pas été suffisamment endurantes dans la chaleur de Bahreïn.

Vainqueur avec une stratégie en trois arrêts pour changer de pneus, Sebastian Vettel admis que l’utilisation d’un tout petit peu trop de gommes en qualifications aurait pu avoir des conséquences terribles sur la performance de sa RB8 en fin de course.

Pour de nombreux pilotes après la course, c’était un sentiment apparent de frustration qui était étalé par rapport au rythme de course qu’il avait fallu adopter : nombreux étaient ceux qui avaient eu la sensation de devoir mener le bateau à bon port, plutôt que d’ouvrir la voile et de pousser le trimaran à la limite.

Martin Brundle avoue dans sa chronique hebdomadaire sur Sky Sports avoir parlé avec deux de ces pilotes dans l’avion de retour vers la Grande-Bretagne. L’un deux n’a pas tourné autour du pot : “Physiquement, ma grand-mère aurait pu piloter”.

Le sentiment de ne pas avoir pu montrer leur talent et leur pointe de vitesse fut prépondérant par rapport au fait d’avoir dû user d’autant de talent pour préserver leurs gommes et mener une course intelligente.

Ne l’oublions pas, les pilotes sont avant tout des « racers », et aller moins vite pour aller plus vite va contre nature pour eux, même pour le grand stratège qu’est Michael Schumacher.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Martin Brundle , Sebastian Vettel
Type d'article Actualités