Pic regrette son accrochage avec Vergne

Charles Pic a signé la 14e place du Grand Prix de Malaisie, ce qui est un bon résultat au volant d'une voiture comme la Caterham

Charles Pic a signé la 14e place du Grand Prix de Malaisie, ce qui est un bon résultat au volant d'une voiture comme la Caterham. Malheureusement pour lui, le Français encore été devancé par son compatriote Bianchi qui court pour l'écurie concurrente Marussia ; l'écart était de 34 secondes à l'arrivée. Or, lorsque le stand Toro Rosso a relâché Vergne sous son nez en début de course, Pic a perdu une vingtaine de secondes le temps de changer de museau, et n'a par conséquent pas pu se battre contre Bianchi. “J'ai pris un très bon départ et Giedo et moi étions bien placés lors des premiers tours quand la piste était assez humide pour les intermédiaires”, raconte le pilote Caterham. “L'équipe m'a fait rentrer pour passer en pneus medium pour le premier relais sur le sec, mais en rentrant au stand, Vergne a reçu l'indication qu'il devait partir et je n'ai pas pu l'éviter vu que j'avais déjà commencé à tourner : il n'y avait rien que je puisse faire pour éviter de pâtir de leur erreur. L'équipe a fait un très bon travail pour changer le nez et les pneus, et je suis ressorti après avoir perdu environ 25 secondes ; c'est le genre de choses pour lesquelles nos mécaniciens s'entraînent, et ça a payé lors de ce premier arrêt”. C'est dommage qu'il y ait eu cet incident, car nous aurions vraiment pu mieux faire si ça n'était pas arrivé. Cela nous a peut-être coûté une place, et même si c'est frustrant, c'est aussi positif voir que tout le monde a réagi efficacement et que nous n'avons pas cessé d'attaquer, que ce soit sur le muret des stands ou dans le garage. Nous avons encore fait trois arrêts au stand après ça, avec deux relais en pneus durs et les medium pour les treize derniers tours ; la voiture était très bonne pendant toute la course. J'ai pu attaquer jusqu'au drapeau à damier et sans l'incident dans les stands, je suis certain que le résultat final serait différent”, conclut Pic. Le natif de Montélimar peut toutefois se satisfaire d'avoir devancé son coéquipier à nouveau : van der Garde a fini à une dizaine de secondes du Français, en 15e position.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Charles Pic
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités