Gasly a déchiré sa combinaison à cause du Halo

Auteur du sixième chrono en 1'21"345 avec 82 tours au volant de la Toro Rosso STR13, Pierre Gasly a connu une première journée d'essais productive à Barcelone. Il répond à cinq questions à l'issue de ce roulage.

Comment s'est passée cette première journée ? Qu'avez-vous appris ?

C'était la première fois que j'attaquais vraiment dans la voiture. À Misano, ce n'était qu'un shakedown, que des vérifications. Aujourd'hui, j'ai pu attaquer avec les tendres. J'ai pu me faire une très bonne idée de la voiture, de son potentiel. Au final, la première sensation est vraiment bonne, vraiment positive. Je ne voulais pas m'attendre à quoi que ce soit, c'est une nouvelle voiture et il faut toujours travailler au début, mais j'ai senti d'emblée que le potentiel était grand, surtout dans le dernier secteur, je me sentais bien. Nous avons des points positifs à tirer d'aujourd'hui, mais bien sûr, il faut travailler davantage parce qu'il y a des domaines où nous avons quelques difficultés. Dans l'ensemble, je suis vraiment content de cette première journée d'essais.

Ce doit être plus simple que de débarquer en cours de saison comme l'an passé...

Oui, c'est une approche différente. L'an dernier, j'ai été directement envoyé sur un week-end de Grand Prix, il faut convaincre et se concentrer sur la performance et les résultats. Je n'ai pas eu le temps de m'habituer à la voiture. C'est une approche différente avec quatre jours d'essais. C'est agréable car je peux tester différents réglages, différentes directions, je peux vraiment travailler sur les réglages et voir ce qui convient le mieux à mon pilotage. Bien sûr, je me sentirai bien mieux préparé à Melbourne que je ne l'étais en Malaisie.

Et ce moteur Honda, a-t-il plus ou moins de puissance ?

Pour l'instant... Je pense que c'est vraiment bien. Mais nous jouons vraiment la sécurité au niveau du mode [moteur], nous n'avons pas fait de run de qualifs ni même de tour d'attaque. Il s'agit plutôt de s'assurer que nous faisons beaucoup de tours, et le moteur est actuellement vraiment fiable ; c'est ce dont nous avons besoin pour nous assurer d'avoir une bonne compréhension de la voiture. Jusqu'ici, tout va bien.

Qu'en est-il du Halo ?

Je ne l'aime pas, c'est le bazar pour rentrer dans la voiture et en sortir. Je crois que j'ai déjà déchiré ma combinaison, il va falloir en demander beaucoup à AlpineStars cette année. Mais piloter avec, ça ne fait pas une grande différence. En termes de visibilité, c'est pareil. Bien sûr, on voit quelque chose au-dessus de soi, ça fait un peu bizarre, mais quand on commence à rouler on se concentre, on ne fait attention qu'à son pilotage et on ne le voit pas vraiment. Mais monter dans la voiture et en descendre, ça n'est pas évident.

Vous avez déchiré votre combinaison ?

Oui, déjà ! Ce n'est que la première journée et j'ai plein de trous dans le dos. Il faut être très à l'arrière pour se glisser dans la voiture. C'est vraiment bizarre. Et avec toutes les ailettes qu'on a sur le Halo, on ne peut pas se hisser pour en sortir, on ne peut vraiment pas le toucher. C'est vraiment étrange comme conditions, mais rien d'important. Ce n'est qu'une combinaison. Je préfère juste les anciennes voitures.

Propos recueillis par Jamie Klein

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais de février à Barcelone
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Pierre Gasly
Équipes Toro Rosso
Type d'article Interview