Course - Pierre Gasly, héros français du GP d'Italie !

Il aura fallu attendre 24 ans pour qu'Olivier Panis trouve son successeur ! Au terme d'un Grand Prix à rebondissements et interrompu par un drapeau rouge, Pierre Gasly a saisi sa chance, celle du sport automobile tricolore également, pour décrocher à Monza sa toute première victoire en F1.

Course - Pierre Gasly, héros français du GP d'Italie !

Monza, le temple de la vitesse, sa verdure, son charme... et sa quiétude. L'image est anormale mais symbolique de la crise sanitaire actuelle et du dernier huis clos imposé à la F1 : un Grand Prix d'Italie sans tifosi. Au moins les passionnés de Ferrari n'assistent pas à ce nouveau week-end difficile pour la Scuderia. Avant cette course, la question est surtout de savoir avec quelle ampleur les Mercedes vont manger le reste du peloton, tant l'écurie allemande semble avoir profité de la suppression des modes moteur, contrairement à l'effet probablement attendu de cette mesure.

Lire aussi :

Au lendemain de qualifications dominées de la tête et des épaules par les monoplaces noires, Lewis Hamilton s'élance donc en pole position avec à ses côtés Valtteri Bottas, et derrière lui les outsiders Carlos Sainz et Sergio Pérez, qui ont réussi à prendre le meilleur sur la Red Bull de Max Verstappen dans l'exercice du tour rapide. Côte pneumatique, le top 10 s'élance en gommes tendres, tout comme Esteban Ocon et Charles Leclerc. Daniil Kvyat et Antonio Giovinazzi font le pari des pneus durs, tandis que le reste du peloton s'élance en mediums.

À l'extinction des feux, Hamilton jaillit impeccablement pour se présenter à la première chicane sans être menacé. En revanche, l'envol est cauchemardesque pour Bottas, tout comme le premier tour au terme duquel il se retrouve sixième. Sainz et Norris ne se sont pas fait prier et se retrouvent ainsi deuxième et troisième, devant Pérez et Ricciardo. Lui aussi en délicatesse, Verstappen est septième.

Pour Ferrari, les ennuis s'accumulent puisque dès le sixième tour, Vettel perd ses freins arrière, au point de tirer tout droit sans même pouvoir éviter les blocs de polystyrène situé à la première chicane. Le quadruple Champion du monde abandonne, après avoir été sorti dès la Q1 la veille. Alexander Albon reçoit pour sa part cinq secondes de pénalité après avoir tassé Romain Grosjean au premier virage.

Grosse erreur chez Mercedes, gros crash pour Leclerc

En tête, c'est le scénario idéal pour Hamilton, qui creuse logiquement et implacablement l'écart avec les McLaren. Écart qui s'évapore lorsque Kevin Magnussen immobilise sa Haas en amont de la voie des stands, suite à un problème technique. Alors que l'on boucle le 20e tour, Hamilton plonge dans la pitlane pour son premier arrêt et le passage aux pneus mediums durant cette neutralisation, tout comme Giovinazzi. Ils sont les seuls à le faire, et pour cause : la voie des stands a été déclarée fermée le temps d'évacuer la monoplace de Magnussen. Les deux hommes font alors l'objet d'une enquête, tandis que les autres observent leur arrêt une fois la pitlane à nouveau ouverte, et juste avant que la voiture de sécurité ne s'efface. 

En sursis devant un Stroll qui est le seul à ne pas s'être arrêté, Hamilton gère la relance. Quelques pilotes ont flairé le bon coup en s'arrêtant avant la neutralisation de la course, parmi lesquels Pierre Gasly et Charles Leclerc. Le Monégasque, quelques instants après la relance, est victime d'une sortie de piste violente et à haute vitesse dans la Parabolique. Heureusement, il fait rapidement savoir qu'il est indemne, alors que la SF1000 est détruite. La voiture de sécurité fait son retour en piste, puis la course est interrompue par le drapeau rouge.afin de tout remettre en ordre. La sanction tombe au même moment pour Hamilton et Giovinazzi : un stop-and-go de dix secondes.

Cette suspension du Grand Prix fait les affaires de Lance Stroll, alors deuxième sans s'être arrêté et autorisé par le règlement à chausser des pneus mediums neufs pour un deuxième départ. Deuxième départ donné arrêté, tandis que Hamilton est sommé de purger sa pénalité dans les trois tours qui suivent ce nouvel envol.

Gasly fait rêver la France

Avec 25 tours à parcourir, nouvelle procédure de départ, nouvelle extinction des feux avec des gommes dures pour Hamilton, et mediums pour ses poursuivants.Hamilton reste en tête et Stroll perd gros, tandis que Gasly s'empare de la deuxième position devant les deux Alfa Romeo. Le Français se retrouve aux commandes une fois que Hamilton a purgé sa pénalité dans les stands et repart 17e et dernier.

Victime d'un problème technique, Verstappen rentre au stand pour abandonner à 22 tours du drapeau à damier, laissant 16 monoplaces en piste. En tête, Gasly garde la tête froide et n'est pas mis en danger par Räikkönen, qui cède peu à peu du terrain, au point de s'incliner devant Sainz. L'Espagnol sait qu'il a une chance à saisir et se lance dans la bagarre avec quatre secondes de retard sur le leader. Un peu plus tard, Stroll prend lui aussi le meilleur sur Räikkönen et sort définitivement le Champion du monde 2007 du podium provisoire.

Au fil des tours, Gasly voit Sainz reprendre du terrain dixième après dixième. Mais au moment de faire la jonction, le pilote McLaren bute et ne parvient pas à rentrer dans la même seconde que l'AlphaTauri pour espérer profiter du DRS, si ce n'est à l'amorce du dernier tour. Le dernier tour est à couper le souffle pour les deux hommes, mais le Français tient, jusqu'au bout, et devient le héros de toute une génération qui n'avait encore jamais vu un pilote tricolore s'imposer en Formule 1 !

Stroll complète le podium devant Norris, qui aura tenu tête de bout en bout à Bottas. Ricciardo prend la sixième place devant Ocon et Hamilton, auteur d'une belle remontée pour limiter la casse.

Italy Grand Prix d'Italie

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 France Pierre Gasly AlphaTauri 53 -  
2 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 53 0.415 0.415
3 Canada Lance Stroll Racing Point 53 3.358 3.358
4 United Kingdom Lando Norris McLaren 53 6.000 6.000
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 53 7.108 7.108
6 Australia Daniel Ricciardo Renault 53 8.391 8.391
7 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 53 17.245 17.245
8 France Esteban Ocon Renault 53 18.691 18.691
9 Russian Federation Daniil Kvyat AlphaTauri 53 22.208 22.208
10 Mexico Sergio Pérez Racing Point 53 23.224 23.224
11 Canada Nicholas Latifi Williams 53 32.876 32.876
12 France Romain Grosjean Haas 53 35.164 35.164
13 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 53 36.312 36.312
14 United Kingdom George Russell Williams 53 36.593 36.593
15 Thailand Alexander Albon Red Bull 53 37.533 37.533
16 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 53 55.199 55.199
  Netherlands Max Verstappen Red Bull 30    
  Monaco Charles Leclerc Ferrari 23    
  Denmark Kevin Magnussen Haas 17    
  Germany Sebastian Vettel Ferrari 6    

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP d'Italie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP d'Italie en direct

Article suivant

GP d'Italie : les meilleurs tours en course

GP d'Italie : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021