Gasly : Rester sur la touche fin 2016 m'a rendu plus fort

partages
commentaires
Gasly : Rester sur la touche fin 2016 m'a rendu plus fort
Par : Benjamin Vinel
29 août 2018 à 12:55

Le 22 octobre 2016, Daniil Kvyat était confirmé chez Toro Rosso pour la saison 2017 de Formule 1. Un tournant dans la carrière de Pierre Gasly.

Pour la saison 2016, Red Bull avait fixé un objectif clair à Pierre Gasly, qui disputait sa deuxième campagne complète dans l'antichambre de la Formule 1 : remporter le titre GP2 Series pour avoir une chance d'être titularisé dans l'élite l'année suivante.

C'est également en 2016 que Daniil Kvyat a perdu son baquet chez Red Bull Racing au profit de Max Verstappen avant de connaître une fin de saison catastrophique chez Toro Rosso. Les rumeurs de remplacement du Russe par Gasly se sont alors multipliées, et malgré la couronne décrochée par le Français en GP2, la marque au taureau a décidé de donner une nouvelle chance à Kvyat en 2017.

Archives :

Cette décision avait été difficile à accepter pour Gasly, qui a dû s'exiler au Japon pour une saison très formatrice en Super Formula, où le titre lui a échappé d'un demi-point. C'est finalement fin 2017 qu'il a eu l'opportunité de faire ses débuts en Formule 1.

"Tout au long de ma carrière, j'ai dû composer avec une pression très élevée", commente Gasly. "Quand je n'ai pas eu le baquet fin 2016, ce moment était très dur, quand on sait qu'on a fait le travail en GP2, que l'étape suivante est la Formule 1 et qu'on n'y parvient pas... Les choses n'ont pas toujours été très justes, mais j'ai accepté ça, j'ai continué à travailler dur et à essayer d'améliorer mes résultats encore et encore."

 

Photo de:

 

Photo de:

"C'est clair, par rapport à quand j'ai rejoint le Junior Team [fin 2013, ndlr], j'ai beaucoup progressé mentalement. J'ai toujours dû gérer toutes ces situations moi-même, avec le soutien de mes parents, car je n'avais pas de manager, je n'avais personne qui me représente dans ce genre de situation difficile. J'ai dû faire face seul, ça m'a rendu beaucoup plus fort mentalement, et c'est clair que ça va me servir à l'avenir pour ma carrière. Le mental, c'est l'une des clés si l'on veut avoir du succès en Formule 1."

"Dans ce sport, il faut être au bon endroit au bon moment. Après le GP2, j'étais au bon endroit au mauvais moment, mais j'ai toujours pensé que si je continuais à travailler dur, à me focaliser sur moi-même, à progresser et à faire ce qu'il faut, les choses finiraient par aller dans mon sens. C'est pourquoi, après le GP2, quand les gens me demandaient si je doutais d'arriver en Formule 1, j'ai toujours cru qu'avec les résultats que j'avais, en faisant tout ce que je pouvais pour y arriver, ça finirait par venir à moi."

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Gasly était au bon endroit au bon moment dans le jeu de chaises musicales des transferts 2019. Lorsque Daniel Ricciardo a créé la surprise en annonçant qu'il allait quitter Red Bull Racing à destination de Renault, les dirigeants de la structure de Milton Keynes avaient le choix entre le Normand et Carlos Sainz ; les débuts de Gasly en Formule 1 se sont finalement avérés suffisamment convaincants pour obtenir le baquet Red Bull.

 
Prochain article Formule 1
Le programme TV du GP d'Italie, en clair sur TF1

Article précédent

Le programme TV du GP d'Italie, en clair sur TF1

Article suivant

Mick Schumacher : Michael est mon "idole"

Mick Schumacher : Michael est mon "idole"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Pierre Gasly
Équipes Red Bull Racing Boutique , Toro Rosso Boutique
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités