Gasly chez Red Bull ? "Je pense être prêt mais ne veux pas y penser"

Avec la victoire sensationnelle de Pierre Gasly au Grand Prix d'Italie, le sujet d'un retour chez Red Bull est à nouveau remis sur la table. Le Français reste prudent dans son discours, même s'il reconnaît espérer être "récompensé".

Gasly chez Red Bull ? "Je pense être prêt mais ne veux pas y penser"

Profitant d'une intervention de la voiture de sécurité associée à une fermeture de la voie des stands, Pierre Gasly s'est propulsé à l'avant du peloton sur le circuit de Monza et a mené le reste de la course à la perfection, résistant de justesse au retour de la McLaren de Carlos Sainz après ne lui avoir longtemps concédé qu'un ou deux dixièmes au tour en moyenne. Il a ainsi remporté sa première victoire en Formule 1.

Lire aussi :

Le contraste est immense entre le Gasly d'AlphaTauri et celui aperçu chez Red Bull en 2019. Après tout, il a marqué plus de points sur les huit premiers Grands Prix de la saison que l'an dernier (43 à 37) et n'est qu'à cinq longueurs d'Alexander Albon au classement des pilotes. Ainsi, la question d'un retour à Milton Keynes se pose encore.

"Je pense être prêt, mais comme je l'ai dit, ce n'est pas à moi de prendre cette décision", répond Gasly. "Depuis que je suis retourné chez Toro Rosso, je me suis seulement concentré sur moi-même et, j'ai montré ce dont j'étais capable avec les bons outils à ma disposition. Nous sommes très compétitifs la plupart du temps, nous avons fait des qualifications et des courses très solides."

"On verra ce qui se passera. Beaucoup de bons pilotes sont passés chez Toro Rosso, je suis ravi d'être l'un des deux qui sont parvenus à obtenir une victoire avec cette équipe. Bien sûr, j'imagine que de bons résultats devraient être récompensés, mais je ne veux pas penser à ça pour l'instant. Je veux profiter de ce moment car c'est ma première victoire en F1, j'aurai le temps de réfléchir à ça plus tard."

Le tricolore ne cache pas avoir souffert de son éviction l'été dernier, lorsqu'il avait été renvoyé chez Toro Rosso en raison d'une première moitié de saison aux résultats médiocres. Il a néanmoins trouvé à Faenza un environnement qui lui est très favorable.

"C'était clairement un moment difficile", reconnaît-il. "Avec ce qui s'est passé, j'étais profondément blessé, je ne trouvais pas ça juste envers moi et je voulais faire passer ce message. Mais je sais que je suis rapide, je sais ce dont je suis capable, je me bats pour les victoires, les poles et les championnats depuis le début de ma carrière, et c'est ce que je veux en F1."

Le vainqueur Pierre Gasly, AlphaTauri fête sur le podium avec le Champagne et le trophée

"J'ai vraiment travaillé très dur avec l'équipe et je savais qu'avec elle, j'avais toutes les cartes en main pour montrer mon potentiel. J'ai juste essayé de me concentrer sur mes propres performances, sans vraiment regarder les autres. J'ai pris les courses une par une, j'ai regardé ce que je pouvais améliorer de mon côté, ce que je pouvais améliorer avec l'équipe, avec mes ingénieurs, juste pour tirer davantage de moi-même et de ce package."

"Je ne pourrais être plus satisfait de l'équipe que j'ai. Ils font un travail d'exception, ils me donnent tout ce dont j'ai besoin pour être compétitif chaque week-end. Parfois nous sommes suffisamment rapides pour le top 8, parfois pour le top 10, parfois pour le top 12, mais en fin de compte, ils consacrent tout cette énergie à mes performances, ce pour quoi je suis vraiment reconnaissant, car grâce à ça, nous avons remporté ma première victoire en Formule 1."

Une première victoire inattendue pour un pilote qui n'a que 24 ans. "En fin de compte, ce n'est que ma troisième saison en F1 ; même si j'ai traversé beaucoup de choses depuis deux ans, je me sens encore assez nouveau dans ce monde, je progresse année après année, je m'améliore en permanence", souligne Gasly. "Je ne me serais jamais attendu à ça il y a un an, quand je suis revenu chez Toro Rosso. Le podium était déjà inattendu. Je n'étais pas prêt pour cette victoire non plus, même si on essaie toujours d'imaginer toujours le meilleur scénario possible."

Le pilote AlphaTauri a par ailleurs eu droit aux louanges de son directeur Franz Tost, étant devenu le deuxième pilote de l'écurie à lui offrir la victoire, après Sebastian Vettel sur ce même circuit de Monza en 2008 : "Ce n'est arrivé qu'une fois dans l'histoire de Toro Rosso ! Franz m'a dit : 'On l'a fait sous la pluie, je suis vraiment fier de toi car tu l'as fait sur le sec'. C'était très difficile, mais je suis juste content d'avoir pu montrer ma rapidité et d'être récompensé de tout le travail que nous avons fait avec AlphaTauri et aussi avec Honda."

Lire aussi :

Enfin, Gasly est revenu sur ce moment d'émotion où il est resté assis sur le podium, seul, après la cérémonie de remise des trophées et du champagne. "Je ne voulais pas partir, car ce genre de moment… On ne sait jamais combien de fois on va pouvoir en profiter. J'aurais aimé que nous ayons tous les tifosi dans les tribunes, car c'est probablement l'une des meilleures courses pour être sur le podium."

"En 2020, c'est forcément un peu différent, mais je voulais quand même m'asseoir et prendre un moment pour moi. J'avais beaucoup de choses à l'esprit : ma famille, mes amis, mes frères, tous les gens qui m'ont soutenu tout du long. J'essayais juste d'imaginer tous ces gens en bas du podium, tous les tifosi qui devraient être là. C'était un moment très spécial", conclut le Normand.

partages
commentaires

Voir aussi :

La Scuderia Ferrari aura une livrée spéciale au Mugello

Article précédent

La Scuderia Ferrari aura une livrée spéciale au Mugello

Article suivant

La victoire de Gasly suivie par 1,2 million de personnes sur Canal+

La victoire de Gasly suivie par 1,2 million de personnes sur Canal+
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021