Gasly était "seul face aux requins du paddock" pour arriver en F1

Malgré des débuts en Formule 1 à 21 ans seulement, Pierre Gasly a dû prendre son mal en patience pour atteindre la catégorie reine du sport automobile.

Gasly était "seul face aux requins du paddock" pour arriver en F1
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso prend un selfie avec des fans
Pierre Gasly, Arden International
Pierre Gasly, PREMA Racing
Le Champion Pierre Gasly, PREMA Racing
Pierre Gasly, Team Mugen
Pierre Gasly
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12

Les débuts de Pierre Gasly en sport auto n'ont pas été faciles, faute de mécènes majeurs, mais un titre en Eurocup Formule Renault 2.0 en 2013 lui a ouvert les portes du Red Bull Junior Team, le géant des boissons énergisantes prenant en charge la suite de sa carrière.

Par la suite, le Français a rapidement gravi les échelons, mais lorsqu'il a remporté le titre GP2, Red Bull a préféré donner une dernière chance à Daniil Kvyat pour 2017, malgré la campagne décevante alors connue par le Russe. Gasly a donc dû patienter, en l'occurrence en Super Formula, avant de rejoindre la Formule 1 à l'automne 2017, chipant enfin son baquet à Kvyat.

"Au final, nous savons tous qu'il ne s'agit pas toujours de performance. Il faut avoir un soutien solide", souligne Gasly pour Motorsport.com. "Je n'avais pas de manager, donc d'une certaine manière, j'étais seul à me battre face à tous les gros requins du paddock en essayant de me faire ma place. Et je suis vraiment content d'y être parvenu sans manager, et sans payer pour mon baquet. Car maintenant, c'est très dur d'y arriver. C'est bien pour les jeunes pilotes que ce soit encore possible, qu'on puisse y arriver. Tout ne dépend pas de l'argent, c'est possible de faire sans."

Un des plus jeunes Champions GP2

Le palmarès de Gasly en formules de promotion est parmi les plus convaincants de la dernière décennie avec des sacres en FR2.0 et en GP2 ainsi qu'une deuxième place en Formule Renault 3.5 en tant que rookie, sans oublier cette remarquable campagne 2017 en Super Formula, où le titre lui a échappé pour un demi-point. Aussi n'a-t-il aucun doute sur le fait qu'il mérite sa place en F1.

"Si l'on regarde ce que j'ai fait, sans être arrogant, j'ai remporté la FR2.0 [Eurocup], j'ai fini deuxième en FR3.5", insiste le Normand. "Certains qui ont fini deuxième de FR3.5 sont passés directement en F1, je pense à Daniel [Ricciardo] et à Jules [Bianchi] par exemple."

"Puis j'ai couru en GP2, j'ai remporté le GP2, j'étais le deuxième plus jeune après Nico [Rosberg ; Charles Leclerc a ensuite battu le record en F2, ndlr]. J'ai regardé les autres vainqueurs : Nico Hülkenberg est en F1, Lewis Hamilton est en F1, Stoffel [Vandoorne] est en F1. Moi qui suis l'un des plus jeunes à l'avoir remporté, pourquoi n'irais-je pas en F1 ?"

"Puis je suis allé en Super Formula, et je me disais que ça faisait quatre championnats différents, et que si j'étais compétitif dans les quatre, ça allait bien finir par venir ! J'ai continué à travailler dur, j'y ai pensé en permanence."

Tandis que le feuilleton de ses débuts en Formule 1 l'a souvent "contrarié", ceux-ci ayant été fréquemment évoqués mais ayant mis du temps à se matérialiser, Gasly se sent désormais renforcé par ces épreuves.

"D'une certaine manière, ça m'a rendu bien plus fort mentalement que par le passé. Pour moi, il n'y a pas de mauvaises expériences. On en apprend toujours quelque chose, que ce soit bon ou mauvais, il y a toujours des choses à en tirer. Le voyage a été long, mais avec beaucoup de bonnes expériences, et utiles pour moi", conclut le pilote Toro Rosso.

Propos recueillis par Oleg Karpov

partages
commentaires
Mon job en F1 : team manager chez Toro Rosso

Article précédent

Mon job en F1 : team manager chez Toro Rosso

Article suivant

Bilan technique - Les évolutions de la Mercedes W08

Bilan technique - Les évolutions de la Mercedes W08
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021