Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Les 11 pilotes avec le plus de victoires mais aucun titre

partages
commentaires
Les 11 pilotes avec le plus de victoires mais aucun titre
Par :
17 sept. 2019 à 18:30

À l'occasion des 90 ans de Stirling Moss, revenons sur les 11 pilotes les plus victorieux à n'avoir jamais remporté le titre de Champion du monde de Formule 1.

Lire aussi :

Cliquez sur les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

Diapo
Liste

1. Stirling Moss - 16 victoires

1. Stirling Moss - 16 victoires
1/12

Photo de: LAT Images

Moss est le plus emblématique des pilotes multi-victorieux mais non titrés. Le Britannique a connu durant sa carrière en F1 un taux de victoire de 24,24%, ce qui veut dire qu'il a remporté quasiment un quart des Grands Prix auxquels il a participé (ce qui est mieux que 25 des 33 pilotes Champions du monde de de la discipline). Et pourtant, il n'a jamais coiffé la couronne mondiale, échouant à quatre reprises et consécutivement à la place honorifique de vice-champion (de 1955 à 1958), d'abord face à l'ogre Juan Manuel Fangio puis, de peu, face à Mike Hawthorn.

2. David Coulthard - 13 victoires

2. David Coulthard - 13 victoires
2/12

Photo de: DaimlerChrysler

Avec 13 succès en 246 Grands Prix, Coulthard figure en bonne position dans ce classement même si son pourcentage de victoires (5,28%) n'est pas forcément très impressionnant (tout en étant malgré tout meilleur que celui de deux Champions du monde, Jenson Button et Keke Rosberg). L'Écossais a terminé vice-champion en 2001, loin cependant de Michael Schumacher, et quatre fois troisième du championnat sans jamais vraiment être un candidat durable pour le titre mondial, contrairement à d'autres pilotes de ce classement.

3. Carlos Reutemann - 12 victoires

3. Carlos Reutemann - 12 victoires
3/12

Photo de: LAT Images

Avec 8,22% de victoires en 146 Grands Prix, Reutemann fait mieux que neuf des 33 Champions du monde de F1. Vice-champion 1981, l'Argentin aurait sans doute dû être sacré cette saison-là si, entre autres, les tensions internes chez Williams avec ses dirigeants et Alan Jones, Champion en titre et désigné pilote numéro 1, n'avaient pas parasité sa fin de saison, permettant à Nelson Piquet de s'emparer du titre pour un seul point. Il a également terminé trois fois troisième (avec Brabham en 1975, Ferrari en 1978 et Williams en 1980).

4. Felipe Massa - 11 victoires

4. Felipe Massa - 11 victoires
4/12

Photo de: LAT Images

Même s'il aura finalement rarement été en position de jouer le titre mondial, Massa a été un des acteurs majeurs d'une des fins de saison les plus mémorables de l'Histoire de la Formule 1, au GP du Brésil 2008. Aux portes du titre mondial pendant quelques minutes, il perdra finalement d'un petit point face à Lewis Hamilton, le jour de sa 11e et dernière victoire. Sans doute le Brésilien aurait-il pu en remporter plus sans sa grave blessure du GP de Hongrie 2009 et son statut de numéro 2 à partir de 2010. En tout cas, avec son pourcentage de victoires de 4,09% (269 Grands Prix), il ne devance dans ce domaine aucun des 33 pilotes Champions du monde.

5. Rubens Barrichello - 11 victoires

5. Rubens Barrichello - 11 victoires
5/12

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Avec 323 départs en F1, Barrichello est le pilote qui a disputé le plus de GP en discipline reine. En conséquence, ses 11 victoires pâtissent de sa grande expérience puisque son taux de réussite n'est "que" de 3,41%. En dépit de sa présence chez Ferrari entre 2000 et 2005 (et de deux places de dauphin en 2002 et 2004), il n'a jamais été un candidat crédible au titre mondial, que ce soit sur le plan des performances ou du statut au sein de l'écurie. Finalement, sa meilleure chance aura sans doute été 2009, avec l'aventure Brawn GP, qui a cependant rapidement tourné à l'avantage de Jenson Button

6. Ronnie Peterson - 10 victoires

6. Ronnie Peterson - 10 victoires
6/12

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Au moment de citer les pilotes de Formule 1 les plus talentueux à n'avoir jamais remporté de titre, le nom de Peterson n'est jamais bien loin. Ultra rapide et au style inimitable, le Suédois a terminé vice-champion en 1971 (avec March, loin derrière Jackie Stewart) et en 1978. Cette année-là, il est chez Lotus en tant que pilote numéro 2, Mario Andretti s'étant assuré de pouvoir récolter les fruits de son travail sur le concept de l'effet de sol et la fameuse Lotus 79. Le plan se déroule sans accroc et les pilotes de Colin Chapman se dirigent vers un doublé tranquille quand, à Monza, un terrible accident blesse gravement Peterson qui décédera finalement le lendemain suite à son opération des jambes. Avec dix victoires en 123 GP, son pourcentage de réussite est de 8,13%.

7. Gerhard Berger - 10 victoires

7. Gerhard Berger - 10 victoires
7/12

Photo de: LAT Images

Du haut de ses 14 saisons en F1, marquées par des passages chez Ferrari et McLaren, Berger est le premier pilote de ce classement à n'avoir jamais été vice-champion. Il terminera en revanche deux fois troisième au championnat pilotes, en 1988 (où il remportera à Monza et pour la Scuderia la seule victoire qui échappera à McLaren) et en 1994 (là encore très loin du duo de tête). Avec un ratio de victoires de 4,76% (10 succès en 210 départs), il fait mieux que Keke Rosberg.

8. Mark Webber - 9 victoires

8. Mark Webber - 9 victoires
8/12

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Après plusieurs saisons à jouer le milieu de tableau, Webber se retrouve propulsé dans une écurie capable de remporter des titres, Red Bull négociant très bien le tournant réglementaire de 2009. En 2010, l'Australien connaît sa première et seule véritable chance d'être titré. Il aborde même la dernière ligne droite de la saison en tête. Lors de la dernière épreuve, il trébuche sur le plan stratégique, entraînant dans sa chute Fernando Alonso et ouvrant la voie au premier titre de Sebastian Vettel ; il terminera finalement troisième du classement, comme en 2011 et 2013. Avec neuf succès en 215 départs, il affiche un taux de réussite de 4,19%.

9. Jacky Ickx - 8 victoires

9. Jacky Ickx - 8 victoires
9/12

Photo de: LAT Images

Pilote emblématique des années 1960 et 1970, Jacky Ickx aura été couvert de gloire en Endurance (six victoires au Mans) et en rallye-raid (vainqueur du Dakar 1983). Mais en Formule 1, le titre lui aura échappé. En 1969, chez Brabham, il se heurte à un Jackie Stewart quasiment intouchable et est un vice-champion lointain. En 1970, au sein de Ferrari, il se trouve de nouveau confronté à un adversaire redoutable : Jochen Rindt. La saison du Belge tarde à se lancer réellement et, quand il gagne enfin, l'Autrichien trouve la mort à Monza. Devant lutter contre un fantôme lors des quatre derniers GP, Ickx s'incline de cinq points face à Rindt, sacré à titre posthume. Avec huit victoires en 114 départs, son pourcentage de succès est de 7,02%, meilleur que sept des 33 Champions du monde.

10. René Arnoux - 7 victoires

10. René Arnoux - 7 victoires
10/12

Photo de: LAT Images

En 1983, Arnoux faisait partie du trio de pilotes (avec Piquet et Alain Prost) abordant la dernière manche en pouvant être titré. Il s'agissait là pour le pilote Ferrari d'une chance unique de pouvoir concrétiser un palmarès qui comptait déjà ses sept victoires. Le Français, dont le taux de succès est de 4,70% en F1, terminera finalement troisième, sa meilleure position finale en 12 saisons. Au-delà de l'épisode marquant du duel avec Gilles Villeneuve à Dijon en 1979, il reste de lui l'image d'un pilote très rapide, en témoignent ses 18 pole positions signées entre 1979 et 1983, qui font toujours de lui aujourd'hui le pilote qui a signé le plus de poles sans jamais avoir été sacré.

11. Juan Pablo Montoya - 7 victoires

11. Juan Pablo Montoya - 7 victoires
11/12

Photo de: BMW AG

Spectaculaire et rapide, Montoya aura sans doute, comme d'autres, eu la malchance de débarquer en F1 pendant l'ère Ferrari/Schumacher. Mais avec sept succès en 94 départs, il jouit d'un taux de réussite de 7,45% qui n'a pas à rougir face à certains Champion du monde. Le Colombien aura connu comme meilleurs résultats finaux deux troisièmes places en 2002 et 2003, cette dernière année lui offrant sa meilleure chance de titre mondial puisqu'il a terminé à 11 points seulement de Schumacher.

...et les autres

...et les autres
12/12

Photo de: LAT Images

Cette liste n'est évidemment pas exhaustive et n'a pas vocation à refléter un quelconque jugement de valeur. Elle se base purement et simplement sur l'aspect statistique du nombre de victoires. Il ne faut bien sûr pas oublier dans la liste des pilotes multiples vainqueurs mais non titrés Tony Brooks (à gauche sur la photo ci-dessus) qui, bien que souvent oublié de la période des années 1950, affiche un taux de réussite impressionnant de 15,79% (six victoires en 38 GP), meilleur que 22 des 33 Champions du monde, au terme d'une courte carrière arrêtée à seulement 29 ans fin 1961. De même, pas question d'oublier Gilles Villeneuve (six victoires en 67 départs, pour un ratio de 8,76%) et tant d'autres comme Jacques Laffite, Bruce McLaren ou Peter Collins.

Article suivant
Hamilton : La réalité du danger en F1 est un "choc"

Article précédent

Hamilton : La réalité du danger en F1 est un "choc"

Article suivant

Ferrari : La standardisation, "un risque pour la F1"

Ferrari : La standardisation, "un risque pour la F1"
Charger les commentaires