Pirelli va analyser les crevaisons de Silverstone "à 360°"

Pirelli va tenter de comprendre les trois crevaisons survenues dans les derniers tours du Grand Prix de Grande-Bretagne afin d'éviter qu'elles ne se répètent par la suite.

Pirelli va analyser les crevaisons de Silverstone "à 360°"

Valtteri Bottas, Carlos Sainz et Lewis Hamilton ont été successivement victimes de crevaisons du pneu avant gauche dans les trois derniers tours de la course à Silverstone ; les deux premiers, initialement classés deuxième et cinquième, se sont retrouvés 11e et 13e, tandis que Hamilton est parvenu à remporter la victoire de justesse, bien aidé par l'arrêt au stand réalisé par son poursuivant Max Verstappen afin d'obtenir le point du meilleur tour en course.

Lire aussi :

"Nous allons évidemment analyser ce qui s'est passé dans les derniers tours", a déclaré Mario Isola, responsable de Pirelli en F1, à l'issue de l'épreuve. "Il est un peu tôt pour vous donner une conclusion. Ce pourrait être une forte usure, car des pneus qui ont fait 38 tours sur ce circuit, voire plus, sont forcément assez usés, mais je ne dis pas que l'usure est la cause du problème. Ce pourrait être des débris, car il y avait les morceaux de l'aileron avant de Kimi [Räikkönen] sur la piste, mais aussi d'autres débris."

"C'est pourquoi nous voulons analyser non seulement les pneus qui ont eu une défaillance mais tous les pneus utilisés dans les derniers tours de la course, pour voir si nous trouvons d'autres coupures ou d'autres éventuelles indications de ce qui s'est passé. Nous ne voulons rien exclure, nous voulons tout analyser à 360 degrés et éviter d'exclure toute possibilité car c'est une grosse erreur quand on mène ce genre d'enquête. Il faut envisager toutes les possibilités."

"Ce que nous pouvons faire, c'est analyser les pneus de la course pour comprendre s'il y a quelque chose dans la construction qui a été sujet à une tension excessive, mais ce n'est que l'une des analyses."

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, rentre au stand avec une crevaison

La course ayant été neutralisée par la voiture de sécurité à la suite de l'accident de Daniil Kvyat, 15 des 17 pilotes encore en piste ont décidé de chausser les pneus durs dès le 12e ou le 13e tour dans l'espoir de finir le Grand Prix avec ce composé ; cela représentait un relais de 39 ou 40 tours, soit 230 ou 236 kilomètres. Romain Grosjean, lui, a choisi la stratégie inverse en prolongeant son premier relais, en mediums, pour couvrir 36 tours (212 kilomètres, mais cela inclut dix tours sous Safety Car).

Isola a souligné qu'une usure si élevée rendait les pneus plus vulnérables : "Les pneus utilisés par Grosjean dans le premier relais étaient complètement usés, et j'ai regardé certains pneus du second relais, où le niveau d'usure était proche de 100%. Il nous faut comprendre si c'est la cause des défaillances. Ce qui est clair, c'est que quand on a un pneu qui est complètement usés, la bande de roulement est moins protégée. Le moindre débris, le moindre morceau de carbone sur la piste va donc endommager le pneu plus facilement, car il n'y a pas de gomme sur le pneu pour protéger la corde. C'est pourquoi je dis que le niveau d'usure est proche de 100%."

Pas d'inquiétude pour le GP du 70e Anniversaire

Pirelli va désormais se lancer dans une course contre la montre pour trouver des réponses avant le Grand Prix du 70e Anniversaire qui aura également lieu à Silverstone cette semaine, mais avec des composés pneumatiques un cran plus tendres et des températures potentiellement plus élevées : des maximales de 31°C vendredi, 28°C samedi et 24°C dimanche sont annoncées.

"Nous avons la possibilité de faire des analyses dans notre laboratoire, ici au circuit. Il est clair que nous n'avons pas beaucoup de temps pour mener l'enquête, car nous avons une autre course dans moins d'une semaine. Il nous faut donc trouver une conclusion dès que possible. L'objectif est d'avoir quelque chose de plus complet d'ici [lundi], ou mardi au plus tard. C'est le plan."

Lire aussi :

"S'il nous faut mener des tests qui ne sont pas possibles ici en piste, nous enverrons rapidement notre camion à Milan, où nous avons nos infrastructures, nos laboratoires, nos essais en intérieur, avec davantage de possibilités. Mais j'ai bon espoir que nous puissions avoir de bonnes indications avec les laboratoires que nous avons ici au circuit."

"Il y a un certain nombre de points d'interrogation actuellement, et selon la cause du problème, nous devons réagir de manière appropriée. Mais la réaction peut être différente si nous parlons de l'usure, par exemple : peu importe si nous utilisons les mêmes composés qu'aujourd'hui ou les composés plus tendres, chaque pneu a un nombre de tours maximal qui dépend de chaque voiture. Chaque voiture est différente", a conclu Isola.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Pierre Gasly, 7e : "Franchement, j'étais déchaîné"

Article précédent

Pierre Gasly, 7e : "Franchement, j'étais déchaîné"

Article suivant

Racing Point explique la panne de Hülkenberg

Racing Point explique la panne de Hülkenberg
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021